Biélorussie: la répression contre les manifestants se durcit

Voilà maintenant dix semaines qu’ils manifestent pour demander le départ d’Alexandre Loukachenko. Plusieurs dizaines de milliers de Biélorusses se sont encore rassemblés dans les rues de Minsk ce dimanche après-midi pour réclamer la démission du président mais aussi la libération des prisonniers politiques.

Le cortège le long de l’avenue des Partisans était bien plus calme que d’habitude. Moins de drapeaux rouge blanc rouge, symbole de l’indépendance, moins de chants. Plus d’inquiétude, en revanche, alors que la répression s’est durcie ces derniers jours en Biélorussie.

La marche a été interrompue par des arrestations – une centaine au total. Régulièrement, les minibus noirs des Omon, les membres des forces spéciales de la police, ont bloqué la foule, utilisant des grenades, des canons à eau ou du gaz lacrymogène.

« Il ne faut surtout pas courir, sinon ils te visent », prévient Kristina. Habituée des manifestations, cette jeune conceptrice de jeux vidéo ne perd pas son sang froid quand les Omon passent à quelques mètres d’elle. 

Comme Julia, Alina, Olga ou encore Viktoria, croisées aujourd’hui, elle vient toutes les semaines. « Pas le choix, disent-elles toutes, si l’on veut le changement. Et surtout, il n’y pas de retour en arrière possible. »

Pourtant, la fatigue, se fait sentir à Minsk. C’est pour cette raison que Svetlana Tikhanovskaïa a lancé un ultimatum à Alexandre Loukachenko. Elle lui donne encore une semaine pour quitter le pouvoir. Sans quoi, elle promet des manifestations monstres et une grève générale. Car Alexandre Loukachenko est bien le seul à avoir intérêt à ce que la révolution s’enlise.

Source: https://fr.news.yahoo.com/bi%C3%A9lorussie-r%C3%A9pression-contre-manifestants-durcit-193107804.html

JA News – Biélorussie: la répression contre les manifestants se durcit