DIRECT. Attentat de Conflans : «Notre devoir à tous, républicains, d’être présents», estime Mélenchon

15h09. Mélenchon pour l’unité. « C’est notre devoir à tous, républicains, d’être présents dans ces moments-là, et de nous regrouper » pour «mettre en échec les assassins qui veulent nous diviser ». «C’est marquer le point contre l’ennemi », estime Jean-Luc Mélenchon.

15h07. Mélenchon à Paris. Entouré des députés de la France insoumise, le buste ceint de leur écharpe tricolore, Jean-Luc Mélenchon estime qu’il «faut s’interroger sur la communauté tchétchène qu’on a accueillie en France » alors qu’ils avaient mené «une guerre civile », «il faut s’interroger sur ce qu’ils font ».

15h05. Une place sous haute surveillance. Afin d’éviter tout débordement, un dispositif policier important a été mis en place à la République, selon notre journaliste sur place.

Du monde à République qui applaudit la mémoire de Samuel Port. Sous haute surveillance. #Republique pic.twitter.com/JNaspqOcGV

14h50. D’autres menacés. Sur Twitter, Mila, la jeune femme menacée de mort pour «blasphème », obligée de se cacher depuis, raconte que «un ami qui se moque souvent avec humour de la religion sur Instagram » a reçu samedi soir la photo de Samuel Paty décapité avec « un message lui disant que ce serait bientôt son tour ».

Un ami proche, qui se moque souvent avec humour de la religion sur Instagram, régulièrement menacé tout comme moi, a reçu hier soir la vidéo du professeur décapité, suivi d’un message lui disant que ce serait bientôt son tour. Je suis révoltée, et effondrée.

14h45. Déjà du monde à Paris. «Non à la barbarie », «Je suis prof », ils sont nombreux, pancartes ou drapeaux français en main, à être déjà place de la République pour l’hommage à Samuel Paty.

14h30. Darmanin ordonne l’expulsion de personnes étrangères fichées pour radicalisation. Selon Europe 1, le ministre de l’Intérieur réunit les préfets depuis 14 heures pour leur demander d’expulser très rapidement 231 étrangers fichés pour leur radicalisation. Il ne s’agit pas de fichés S., mais de personnes inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). 180 se trouvent en prison et pourraient être concernées au premier chef. Les 53 autres sur la liste du ministre devraient être interpellés rapidement. Fin août, Gérald Darmanin avait assuré que 8 132 personnes étaient inscrites au FSPRT.

14 heures. Dans les écoles. Les atteintes à la laïcité dans l’enseignement restent stables, selon le ministère. Le confinement a été l’occasion pour certains de perturber les cours à distance des enseignants. Des chants religieux coraniques ou des croix gammées ont ainsi été diffusés pendant des cours d’histoire, conduisant l’Education nationale à revoir le système d’accès aux cours à distance. Nous avions consacré un article à ces atteintes mardi dernier, à (re) lire ici. Ce qui a changé depuis une quinzaine d’années, c’est que le phénomène a rajeuni : désormais un tiers des atteintes à la laïcité vient du primaire.

13h52. Dans les Bouches-du-Rhône. Il y aura des rassemblements sous L’Ombière, sur le Vieux-Port, à Marseille, devant les mairies d’Aix, Avignon et Martigues, devant la cité scolaire d’Apt.

13h50. Toulouse, Albi, Rodez, Millau, Tarbes, Foix, Carcassonne… Le site ActuToulouse recense tous les rassemblements prévus à 15 heures dans une partie de la région occitane.

13h45. Le constat terrible de la CGT. Dans le communiqué que la CGT éducation a rédigé après l’assassinat de Samuel Paty, elle écrit : « les enseignants, dans leur quotidien, doivent redoubler d’ingéniosité pour enseigner l’éducation civique, la science et conserver leur liberté pédagogique ». Un constat terrible pour la liberté d’expression.

13h40. À Lyon. C’est dans le cadre majestueux de la place Bellecour que se tiendra à 15 heures le rassemblement en hommage à la mémoire de Samuel Paty et pour défendre la liberté d’expression.

13h35. Dans le Tarn-et-Garonne. La FCPE invite à se rassembler à 15 heures place des Fontaines à Montauban.

13h30. Des rassemblements en Isère. À Grenoble, le rassemblement est prévu place de la préfecture, à Bourgoin-Jallieu, il aura lieu devant le collège Allende. À Vienne, il est possible qu’un nouveau rassemblement ait lieu, à la suite de celui organisé par des élus samedi.

13h25. L’oncle est-il le 11e gardé à vue ? Un homme a été placé ce dimanche matin en garde à vue. Il pourrait s’agir de l’un des oncles du tueur. Dans le JDD, cet homme, rencontré samedi à Évreux dans l’arrière-salle d’un kebab, indique qu’il veut se rendre au commissariat pour être interrogé sur son neveu.

13 heures. Pour Blanquer, il faut continuer à montrer des caricatures aux élèves. « Sinon c’est donner la victoire à ceux qui veulent abîmer la République », vient d’expliquer le ministre de l’Education nationale sur France Inter. « On doit être unis pour dire que la liberté de conscience ne se négocie pas ».

[email protected] : il faut continuer à montrer des caricatures aux élèves, “sinon c’est donner la victoire à ceux qui veulent abîmer la République” #QuestionsPol pic.twitter.com/Tb76Xfp2XR

12h15. Le professeur décapité « a été respectueux », estime le recteur de la mosquée de Lyon. Pour Kamel Kabtane, président du Conseil des mosquées du Rhône, interrogé par l’AFP, Samuel Paty « était en droit d’élever le niveau intellectuel sur la tolérance et la liberté d’expression. Il a été respectueux et il a même proposé aux élèves qui pourraient se sentir choqués de sortir. Il a voulu parler sans vexer, sans blesser ». « En France, la liberté d’expression existe et il faut qu’elle existe », ajoute le recteur, pour qui le ou les auteurs des faits ont prouvé par leurs actes qu’ils ne sont « pas religieux », mais des « illuminés ».

11h55. Pécresse réclame des cellules police-justice. La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a demandé dimanche la création de « cellules police-justice » pour qu’enseignants et élèves puissent faire des « signalements » en cas de menace, après la décapitation d’un professeur dans les Yvelines.

11 heures. Rassemblement : Ira? Ira pas? Les responsables des principaux partis politiques, associations et syndicats m anifesteront dans l’après-midi à Paris, place de la République. Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer et la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa ont annoncé qu’ils y représenteraient le gouvernement. Les patrons de La République en marche, Stanislas Guerini, de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, du Parti socialiste, Olivier Faure, et d’Europe Ecologie-les Verts, Julien Bayou, ont eux aussi prévu de joindre le cortège à la tête de leurs troupes. Ceux du Rassemblement national bouderont, eux, le rassemblement..

LIRE AUSSI > « Il était droit, juste, et convaincu que l’éducation pouvait changer les hommes » : qui était Samuel Paty, le professeur martyr

10 heures. Castex pour une riposte « plus ferme ». Le Premier ministre indique ce dimanche dans le JDD travailler à « une stratégie de riposte encore plus ferme, plus rapide et plus efficace quand un enseignant subit des menaces ».

9h45. Les interrogatoires se poursuivent. Toutes les autres gardes à vue se poursuivaient dimanche matin. Les parents, le grand-père et le petit frère de l’assaillant, interpellés à Évreux, dont partie des personnes questionnées, tout comme le père de l’élève qui a appelé à la mobilisation contre l’enseignant. Il a été interpellé à Chanteloup-les-Vignes. L’homme qui l’avait accompagné au collège pour se plaindre du professeur et avait interviewé sa fille dans une vidéo, le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, actif en France depuis le milieu des années 2000, ainsi que sa compagne, le sont également.

LIRE AUSSI > D’un cours au collège à l’attentat… Les 11 jours qui ont influencé l’assassin du prof de Conflans

9h30. Nouvelle garde à vue. Une onzième personne a été placée en garde à vue dans le cadre de l’enquête, nous apprend une source judiciaire. Cette personne est issue de l’entourage de l’assaillant.

Rappel des faits. Vendredi vers 17 heures, Abdouallakh A. a décapité Samuel Paty, un professeur d’histoire-géographie, à proximité du collège où il enseignait dans un quartier calme de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), avant d’être tué de neuf balles par des policiers à 200 m de là. Ce professeur avait récemment montré des caricatures de Mahomet à ses élèves de 4e dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression.

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMijwFodHRwczovL3d3dy5sZXBhcmlzaWVuLmZyL2ZhaXRzLWRpdmVycy9kaXJlY3QtYXR0ZW50YXQtZGUtY29uZmxhbnMtb256ZS1nYXJkZXMtYS12dWUtZGVzLXJhc3NlbWJsZW1lbnRzLXByZXZ1cy1lbi1mcmFuY2UtMTgtMTAtMjAyMC04NDAzNzcxLnBocNIBkwFodHRwczovL3d3dy5sZXBhcmlzaWVuLmZyL2FtcC9mYWl0cy1kaXZlcnMvZGlyZWN0LWF0dGVudGF0LWRlLWNvbmZsYW5zLW9uemUtZ2FyZGVzLWEtdnVlLWRlcy1yYXNzZW1ibGVtZW50cy1wcmV2dXMtZW4tZnJhbmNlLTE4LTEwLTIwMjAtODQwMzc3MS5waHA?oc=5

JA News – DIRECT. Attentat de Conflans : «Notre devoir à tous, républicains, d’être présents», estime Mélenchon