Homélie du dimanche : « Par le baptême, chacun de nous est Roi au service des pauvres, des marginalisés, des étrangers et des prisonniers »

Accueil > Afrique > Homélie du dimanche : « Par le baptême, chacun de nous est Roi au service des pauvres, des marginalisés, des étrangers et des prisonniers »

Bien-aimés dans le Christ, en ce 34e dimanche du Temps ordinaire, dernier l’année liturgique A, l’Église nous invite à contempler le visage du Christ Roi de l’Univers. Dimanche prochain, le tout premier du Temps l’Avent, nous entrerons dans une nouvelle année « B » qui inaugurera un nouveau cycle de fêtes, qui vont nous amener de la naissance de Jésus à Noël à la descente de l’Esprit Saint le jour de Pentecôte. 

L’expression de « Christ Roi », par sa résonance politique, nous fait toujours penser aux souverains régnants de ce monde qui incarnent pouvoir et autorité. Pourtant à chaque célébration eucharistique, la prière de l’Église nous fait dire : « Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles ». Dans la prière du Notre Père, nous disons également « Que ton règne vienne » ou encore dans le Credo nous professons : « … Et son règne n’aura pas de fin ». Sur la croix, le Christ mourra avec le titre de « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs ». 

Où est donc la royauté de Jésus et comment manifeste-t-il son être Roi? La parole de Dieu de ce jour nous offre une clé de compréhension. 

Dans la première lecture, le prophète Ézéchiel nous présente l’image du berger qui rassemble les brebis. Cette image fait référence à la figure du Christ libérateur et du Christ Roi de l’univers.

Dans ce passage, Jésus manifeste sa royauté en se comportant comme un véritable berger qui prend soin de ses brebis, de plus petite à la plus grande: « Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées. » Merveille d’un Roi qui va à la recherche de ses fils lorsque ces derniers s’égarent et panse leurs blessures, quand leur âme est meurtrie. 

La deuxième lecture nous présente une autre facette de la royauté du Christ. C’est celle du triomphe et du pouvoir royal qu’exerce le Christ sur toute chose et sur les puissances du mal. Avec saint Paul, nous saisissons le sens eschatologique de la royauté du Christ.

A lire: Homélie du dimanche : « Que notre charité et notre amour se fassent inventifs »

Lui qui a eu la grâce et le privilège de rencontrer le Ressuscité, sait désormais que c’est le Christ qui instaure ce Royaume de Dieu sur la terre. Il dit bien : « C’est lui (le Christ) en effet qui doit régner… et quand tout sera mis sous le pouvoir du Fils, lui-même se mettra alors sous le pouvoir du Père qui lui aura tout soumis… » Et« tout sera achevé quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance », c’est-à-dire après avoir détruit toutes les puissances du mal. Fêter le Christ Roi de l’univers, c’est donc affirmer avec force que c’est dans le Christ que tous recevront la vie.

Dans l’Évangile, Matthieu présente Jésus dans sa fonction royale: il est assis sur le trône avec « tous ses anges ». Devant lui, « tous les peuples » sont rassemblés. Tous, c’est-à-dire chrétiens et non-chrétiens, croyants et non-croyants. Il sépare les hommes comme le berger sépare les brebis des boucs : ​​les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche. 

Ceux qui se trouvent à sa droite sont appelés justes, invités à prendre possession du Royaume, préparé pour eux depuis la fondation du monde. La raison de la sentence est simple: « J’avais faim, j’étais un étranger, j’étais nu, malade et prisonnier, et vous m’avez accueilli et aidé. » Le juge qui se présente comme assoiffé, affamé, nu, étranger, malade, prisonnier est Jésus Lui-même.

Il est curieux que les justes ne sachent pas quand ils ont accueilli Jésus dans le besoin. Et Jésus leur répond: « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».

Même les injustes ne savent pas quand ils n’ont pas accueilli Jésus lorsqu’il était dans le besoin. Jésus répond: « Chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait ».

Contrairement à ce qu’on peut penser, la pointe de l’évangile de ce jour n’est pas le jugement dernier, mais l’invitation du Seigneur à donner à pleines mains à qui est dans le besoin. Reconnaître Jésus comme notre Roi, c’est vivre selon son esprit, comme il a vécu Lui-même, donc dans l’amour et le service des autres.

Célébrer la fête de Christ Roi de l’Univers c’est aussi rappeler que par le baptême, chacun de nous est prêtre, prophète et roi. Roi au service des pauvres et des marginalisés, des affamés et des assoiffés, des malades et des pauvres, des étrangers et des prisonniers.

Ainsi, lorsque nous créons autour de nous des relations fraternité, de solidarité, de réconciliation, d’amour et de paix, nous œuvrons à réalisation du Règne du Christ dans nos familles, nos communautés, nos quartiers, nos lieux de travail. Cette royauté du Christ ne se limite pas à l’Église et aux baptisés ; elle déborde les frontières de l’Église.

C’est pourquoi nos célébrations eucharistiques ne doivent pas rester cloitrées entre les murs de nos Églises, mais doivent se poursuivre dans nos maisons, nos bureaux, nos écoles et nos rues. 

Frères et sœurs, choisissons alors Jésus comme notre Roi, faisons de Lui le critère de vérification de nos choix et projets. Vivons selon sa royauté, en prenant soin de nos frères ; ce n’est qu’ainsi que nous pourrons entendre dire de Lui: «Venez, bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour Vous».

Source: https://africa.la-croix.com/homelie-du-dimanche-par-le-bapteme-chacun-de-nous-est-roi-au-service-des-pauvres-des-marginalises-des-etrangers-et-des-prisonniers/

Jesus, Feast of Christ the King, Christ the King

JA News – FR – Homélie du dimanche : « Par le baptême, chacun de nous est Roi au service des pauvres, des marginalisés, des étrangers et des prisonniers »