L’épave laissée dans la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande a été rasée. Aujourd’hui, une bande presque deux fois plus grande que Central Park est récupérée par la nature.

CHRISTCHURCH, Nouvelle-Zélande – Les maisons et les voitures ont d’abord disparu. Les clôtures, les allées et les autres marqueurs restants de la vie de banlieue ont suivi. Il ne reste plus que des étendues de verdure – un mémorial étrange à deux tremblements de terre qui ont détruit Christchurch, la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande, il y a 10 ans.

L’étendue ondulée, qui commence à trois kilomètres du centre-ville de Christchurch, a été jugée inhabitable après les tremblements de terre, dont le deuxième a tué 185 personnes le 22 février 2011. Les 8 000 propriétés qu’elle englobait ont été achetées par le gouvernement et rasées, les vestiges emportés. .

La terre est maintenant dans les limbes, un reflet des décisions difficiles auxquelles Christchurch a dû faire face quant à savoir comment, quoi et où reconstruire sur un terrain propice aux catastrophes. Dans le quartier central des affaires, les grues, les pelleteuses et les perceuses font encore partie de presque toutes les rues. Mais dans la banlieue est, une bande presque deux fois plus grande que Central Park à New York est régulièrement récupérée par la nature.

Les culs-de-sac se transforment en marais et en boues, preuve de la raison pour laquelle les résidents sont partis, pas tous par choix. Les pelouses ont l’air de terrains de golf délabrés; l’herbe est tondue et pulvérisée pour les mauvaises herbes, mais rien n’est nouvellement planté. Au-delà des lampadaires affalés et des pochoirs décolorés sur les routes, il y a peu de signes d’un passé humain.

Désormais à l’état sauvage, certaines parties de la zone, que le gouvernement a nommées la zone rouge, attirent désormais les butineurs. Lors d’un récent dimanche après-midi de fin d’été, un groupe de familles s’est traîné dans un champ de fleurs sauvages qui était autrefois une arrière-cour, s’arrêtant pour cueillir de l’achillée millefeuille et de la camomille pour le thé.

Un tapis de fruits sur le sol sous un poirier imposant était bien plus que ce qu’ils pouvaient emporter dans leurs sacs et paniers. Les enfants ont entassé des poires dans leur bouche, la suivante déjà en main.

«Ils sont sucrés mais ils sont assez croquants», a lancé Baxter MacArthur, 10 ans, de son perchoir à mi-hauteur de l’arbre.

La zone rouge est un rappel qui donne à réfléchir que les Néo-Zélandais vivent dans l’un des endroits les plus géologiquement actifs de la planète. La capitale, Wellington, se dresse au sommet de lignes de faille sismique, et la plus grande ville, Auckland, est construite sur un anneau d’environ 50 volcans en sommeil.

Le premier des deux tremblements de terre d’il y a dix ans, une convulsion de magnitude 7,1 le 4 septembre 2010, a causé de graves dommages structurels à Christchurch, une ville de 380 000 habitants qui est la plus importante de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Personne n’est mort des suites directes, bien qu’une personne ait eu une crise cardiaque mortelle.

Cela a été suivi cinq mois plus tard par un tremblement de terre de magnitude 6,2 qui a tué 173 personnes dans le centre-ville et 12 ailleurs, alors que les façades et les immeubles de grande hauteur se sont effondrés. L’infrastructure de la ville – routes, ponts, réseaux d’eau – a été ravagée et le quartier central des affaires restera fermé pendant deux ans.

La tâche gigantesque de se réinventer a été lourde pour Christchurch, qui avant les tremblements de terre était une ville assez conservatrice à l’architecture anglaise traditionnelle. Les efforts ont progressé lentement, mais un centre-ville refait, plus vert et plus compact, se dessine.

Décider quoi faire avec la zone rouge n’a pas été moins vexant. L’espace ouvert, bien que né d’une tragédie, est un trésor rare parmi les grandes villes. Et si le plein air est vital pour la santé mentale, Christchurch peut en avoir besoin plus que la plupart des endroits. Les services de traitement de la ville sont toujours tendus une décennie après les tremblements de terre, la pression ayant été aggravée par l’attaque terroriste contre deux mosquées en 2019 qui a tué 51 personnes.

Mais la planification de la zone a pris des années et reste en suspens. Le conseil municipal de Christchurch et le gouvernement central se sont concentrés sur la ville centrale au détriment des banlieues abandonnées, a déclaré Yani Johanson, conseiller municipal pour une zone chevauchant une partie de la zone rouge.

Les défenseurs des projets de conservation sur la terre ont exhorté le conseil à s’engager dans la restauration écologique.

«Cela devrait être un endroit où les gens peuvent venir et être là où se trouvait leur propriété, mais ne pas la détruire par de grands bâtiments», a déclaré Celia Hogan, coprésidente du groupe communautaire Greening the Red Zone, alors que ses enfants mangeaient des pommes fraîchement cueillies et essayaient pour grimper dans une cabane dans les arbres abandonnée.

Des années de consultation locale ont été nécessaires pour déterminer ce qui devrait arriver à la terre, mais la plantation d’arbres indigènes devrait bientôt commencer, a-t-elle déclaré. Une forêt indigène serait «une façon respectueuse de reconnaître les personnes qui ont parfois abandonné leur foyer de toute une vie», a-t-elle ajouté.

Un plan pour la zone créé par une agence du gouvernement central en 2019 a tenté d’équilibrer ce que tout le monde voulait – écologie et environnement, loisirs, espace commémoratif et effort commercial.

Il y a aussi une autre considération. La Nouvelle-Zélande est en proie à une crise du logement. M. Johanson a déclaré que la pression augmenterait très probablement sur le conseil pour déterminer si des parties de la zone étaient vraiment inhabitables, comme on l’avait jugé il y a dix ans.

Pour l’instant, quiconque veut marcher dans la zone rouge peut se garer au bout de routes bloquées et, alors que les bruits de la ville s’effondrent, se sentir comme la seule personne sur terre.

D’autres sections sont plus animées. Un patch le long de la rivière Avon le dimanche récent ressemblait à un parc animé et désordonné – bruyant avec les cyclistes, les joggeurs, les chiens et les enfants. Dans une autre rue déserte, des drones sur mesure bourdonnaient autour d’une piste; à proximité, les parents empruntaient une rue parsemée de panneaux de signalisation miniatures pour donner à leurs enfants des leçons de sécurité routière.

«L’idée qu’il s’agissait autrefois de maisons devient de moins en moins importante», a déclaré Joanna Payne, membre fondatrice du groupe Otautahi Urban Foraging, qui utilise le nom maori pour Christchurch. Elle et ses amis ont dit que lorsqu’ils cueillaient des fruits, ils se demandaient toujours qui avait planté l’arbre.

Lorsque le gouvernement a cherché à racheter des milliers de propriétaires après le séisme de 2011, il avait l’intention de leur donner une certitude quant à leur avenir. Beaucoup ont été irrités par l’offre, basée sur des évaluations immobilières datant de quatre ans.

Certains ont été contraints d’accepter pour payer leurs hypothèques, d’autres lorsque les responsables ont averti que les zones rouges ne seraient plus desservies par les services publics, les infrastructures ou les assurances.

Brooklands, une zone semi-rurale, abrite la démonstration la plus unie de défi de la zone rouge. Lorsque la terre a été jugée invivable, la plupart des habitants ont vendu et sont partis, mais il reste un peu plus d’une douzaine de maisons.

Chef de projet dans le secteur de la construction civile, M. Bourke a lui-même réparé sa villa en bois de 80 ans. «Ça ne fuit pas», dit-il. “Tout est sur un angle, mais nous l’avons scellé à l’eau.”

Des abribus délabrés se trouvent dans les rues des maisons individuelles de Brooklands, bien qu’aucun bus n’arrive. Les maisons survivantes sont flanquées de terrains envahis par la végétation.

Les autorités locales ramassent toujours les ordures et tondent les accotements, contrairement aux avertissements de 2011 selon lesquels elles s’arrêteraient, mais les routes sont nids-de-poule et inégales.

M. Bourke a déclaré qu’il ne voyait pas l’intérêt de déménager ailleurs, étant donné qu’une grande partie de la Nouvelle-Zélande est sujette aux tremblements de terre et aux inondations.

«C’est très bien que ces politiciens se présentent et disent aux gens où ils peuvent aller», a-t-il déclaré. «Mais où vas-tu me dire d’aller en Nouvelle-Zélande où vivre en toute sécurité?

Ref: https://www.nytimes.com