L’artiste est l’invité des «enquêteurs» Élodie Gossuin, Booder, Hélène Ségara et Éric Antoine. A ses côtés elle tentera de distinguer les mauvais chanteurs des vrais dans l’émission Show Me Your Voice sur M6 le mercredi 13 mai à 21h05.

CHIMÈNE BADI: J’aime jouer et je peux nous disons que nous sommes dupes! Je me suis amusé. Issa Doumbia (l’animateur, ndlr) est doué: il nous emmène et on passe un bon moment!

Sur quels détails vous êtes-vous appuyés pour découvrir les arnaqueurs cachés parmi les vrais chanteurs?

A leur manière de tenir le microphone, de se déplacer sur scène, de contrôler la lecture. Mais tout est très bien fait. Les rapports des candidats sont également très trompeurs.

Un candidat qui avait l’air bien et nous a fait du bien et un autre très impressionnant. Dès le début de la lecture, j’ai vu qu’elle était une vraie chanteuse.

À la fin, vous avez chanté un duo avec le dernier candidat de la course. Avez-vous déjà répété la chanson?

Oui, avec Damien, le coach vocal de l’émission, qui a endossé le rôle du candidat. Alors j’ai chanté entre nous. Et dans l’émission, j’ai aussi joué Ain’t no Mountain High Enough, un extrait de mon meilleur double album.

Vous avez eu l’opportunité de monter sur scène entre les deux premières interventions. Quand sont tes prochains concerts?

On devrait continuer en juin, j’ai des dates pour des festivals cet été et la tournée durera jusqu’en décembre. Je me sens bien sur scène. J’oublie les peurs de la vie quotidienne. Je ne vois plus la scène comme un évent ou une sortie comme à une époque. C’est devenu une véritable bulle d’oxygène. Sur scène, je suis comme dans la vie.

Est-ce que Show Me Your Voice vous a amené à faire partie d’un jury, comme dans The Voice Belgium en 2015?

J’ai appris à ne plus «jamais» J’accepte. Mais ce n’est pas quelque chose qui m’excite. J’aime faire de l’exercice, mais je n’aime pas juger, m’asseoir dans un fauteuil et devant les caméras. Si je devais coacher quelqu’un, ce serait pour l’accompagner au maximum. Par dessus tout, je veux m’épanouir sur scène, travailler sur de nouvelles chansons.

Oui, c’est là que je charge mes batteries. Le matin je bois mon café face à la nature, je vois passer des cerfs. Paris a toujours été difficile pour moi. Mais maintenant, je me suis fait des amis là-bas. Pourquoi pas enfin un pied-à-terre? J’ai encore besoin du sud.

Les informations collectées sur ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique permettant à Reworld Media Magazines et / ou à ses partenaires et prestataires de services d’envoyer des conseils et des offres promotionnelles.
Conformément à la loi “Informatique et Libertés” du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données vous concernant.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Ref: https://www.telestar.fr