Il y a actuellement 24 personnes atteintes de Covid-19 à l’hôpital de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Pasteur-2 de Nice. «Nous avons encore deux lits gratuits», explique le professeur Carole Ichai, responsable de l’unité de soins intensifs du CHU de Nice. Et le médecin a ajouté: «Nous avons eu un afflux important de patients depuis dix jours, la situation est tendue. En effet, les Alpes-Maritimes sont particulièrement touchées par la pandémie. Selon CovidTracker, le département a le taux d’incidence le plus élevé de la métropole française avec 577 cas pour 100 000 habitants, bien au-dessus de la moyenne nationale, estimée à 190 cas. A Nice il y a même 751 cas pour 100 000 habitants.

Face à cette situation alarmante, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, s’est rendu dans la capitale de la Côte d’Azur pour un ce samedi 20 février pour annoncer renforcement des mesures de protection de la santé. “Cela pourrait prendre la forme d’une augmentation du couvre-feu, éventuellement d’un confinement partiel, éventuellement d’un confinement complet”, a-t-il déclaré. «Une mesure que j’encouragerai de toutes mes forces», a ajouté le maire de Nice, Christian Estrosi. En plus de contenir l’épidémie, il appartient au conseil municipal d’éviter «que des patients graves à long terme souffrent de conséquences à vie». Finalement, la décision a été prise: week-ends partiels et nouvelles restrictions.

Toujours à l’hôpital de L’Archet, il y a quatre patients gravement touchés par Covid-19 dans l’unité de soins intensifs du service de médecine physique. «Nous avons de plus en plus de demandes pour accueillir ce type de patient», explique la Pr Manuella Fournier, directrice de ce service. Vous venez chez nous après une longue période de réanimation à l’oxygène, avec une paralysie généralisée et une perte de poids de 10%. “Comme Claude, 68 ans, diagnostiqué fin novembre et toujours à l’hôpital.” J’étais au bord d’une crise cardiaque “, dit-il d’une voix faible. Ces patients vont passer par une longue rééducation avec un suivi psychologique.

Alors qu’ils sont en attente de la fin de l’épidémie, l’organisation de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Pasteur 2 s’adapte immédiatement. «La semaine dernière, nous avons augmenté notre capacité de cinq lits. Cette semaine, nous avons ajouté deux nouveaux lits de réanimation, et si les choses continuent comme ça, nous ajouterons trois lits supplémentaires “, explique le professeur Carole Ichai. Cent trente patients ont été admis dans le service pour une moyenne de trois à six semaines depuis fin octobre.” Le taux de mortalité pour ces patients hospitalisés représentent environ 10% », explique le professeur.

A LIRE AUSSI Vaccinations anti-Covid: la guérison n’a pas (encore) eu lieu quand Olivier Véran k sur, il a présenté les nouvelles mesures de protection pour lutter contre la propagation du virus. Dès lundi, 3 500 doses du vaccin Pfizer seront livrées en urgence au département, et «des milliers de doses» du vaccin Astra Zeneca suivront. Les contrôles de conformité et la campagne de dépistage de la politique de santé du Ministère seront renforcés. Dès la fin des vacances scolaires, un “dépistage massif” via des tests salivaires sera également réalisé dans les écoles, universités et lycées.

… Et quand je viens de Nantes, je ne peux malheureusement que souscrire pleinement au message “Résident du Cannet …” de oscar de marracq le 21/02/2021 à 19h22: “Je ne suis pas surpris par l’ampleur de la catastrophe locale …
N’accusons pas les touristes de n’avoir rien à voir avec cela, la vérité est le manque absolu de pensée bourgeoise de la population locale – je dis: local … En temps “normal”, c’est le voyage gratuit, la conduite “intelligente”. ” «Moi d’abord … La région est belle, mais … Si, comme moi, les gens viennent d’ailleurs, c’est … Comme on dit … surprenant de découvrir un tel égoïsme qui touche ici toutes les tranches d’âge. bar … comme on dit. “”

Je suis depuis le 14.01. Enregistré dans la métropole de Nice. J’ai 79 ans, toujours pas vacciné et loin d’être si sûr que le Covid tourne de plus en plus, mais il vaut mieux attaquer les touristes.

Avec ce type de décision, nous revoyons les formules de Coluche et Audiard. Lorsque nous sommes responsables d’un pays, le moins que nous puissions faire est d’être cohérent. M. Estrosi a le désir de plaire, on ne sait jamais qu’un emploi pourrait être disponible. Nous devons applaudir son anticipation alors que la pandémie et la création de centres de vaccination commencent, mais là, je trouve ridicule cette proposition de restreindre le WE. Il n’y a pas si longtemps, le journal local a publié un article sur un certain quartier de Nice, qui n’est pas le seul, dans lequel les mesures d’hygiène ne sont pas vraiment respectées par une assistante médicale qui a ses clients dans le secteur. Il aurait pu être judicieux d’intervenir dans ces quartiers. Mais bien pensé aurait crié pour la discrimination, alors faisons-le s’étendre sur toute la côte. Désormais, au lieu de continuer à gesticuler, nos guides seraient inspirés à faire tout ce qu’ils peuvent pour se faire vacciner et mettre fin à cette salope depuis le 17 mars.

Lisez les articles de la section Santé,
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

Le défi du vaccin anti-CovidCovid: le temps de la deuxième vagueCovid-19: le fantôme de la deuxième vague

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr