« Depuis l’issue de l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé, nous nous sommes dit qu’il était temps d’accentuer ce type de rencontre, population, organisations de victimes, mais aussi d’expliquer comment la Cour de La justice s’emploie à leur parler de ce procès, qui a débuté le 12 décembre. Mars 2021 terminé », a déclaré Me Sacko Brahima, membre du centre de conseil public pour les victimes de la CPI, chef de la délégation de la mission mentionnée

Cette campagne d’information et de sensibilisation, qui se poursuit dans plusieurs villes de l’intérieur, vise à faire passer un message à la population pour un monde plus juste dans lequel les femmes et les enfants, les femmes et les hommes ne sont plus contraints. non seulement un instrument juridique, mais a également pour mission de dissuader et de promouvoir la cohésion sociale », a-t-il ajouté

A LIRE AUSSI : Grève : Anne Ouloto aux Syndicats de la Fonction Publique : “Aidez-moi à vous aider”

Les membres de la délégation de la mission CPI en Côte d’Ivoire ont donc sensibilisé les populations vivant à l’homme à leurs actions lors de cette discussion, mais aussi en les appelant à vivre en harmonie dans leurs communautés

Cet événement-débat a également permis d’expliquer à tous les participants les différents organes de la CPI, notamment le Présidium, le Parquet, les Chambres et la Chancellerie, les différentes procédures de saisine de cette Cour, notamment les saisines par le procureur général, par le Conseil de sécurité de l’ONU et par les États contractants

A LIRE AUSSI : Taï : Il essaie de couper l’électricité à des voisins mal payés, a branché son compteur électrique et s’électrocute

La caravane de reconnaissance pour les humains se poursuivra à Duékoué, Toulépleu, Daloa, Korhogo, Boundiali, entre autres

La CPI a été créée par le Statut de Rome en juillet 2002 et compte actuellement 123 États contractants, dont la Côte d’Ivoire, Avril 2013. Cet instrument juridique « supranational » est un organe complémentaire dans la mesure où il ne devient actif que lorsque les États contractants ne veulent pas ou ne peuvent pas agir Il est responsable du génocide, des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et du crime d’agression

JA News – Côte d’Ivoire : la CPI à Man, Duékoué, Toulépleu, les raisons

Ref.: https://www.ivoiresoir.net/cote-divoire-la-cpi-a-man-duekoue-toulepleu-les-raisons/