Depuis l’annonce du retour irréversible du président Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire après plusieurs années d’emprisonnement et de procès à La Haye, une polémique fait débat sur les victimes de la crise post-électorale au conscience du Président Jouer Gbagbo et pouvoir jouer sur le format et le caractère de l’accueil que doivent lui réserver ses partisans

Bien qu’il ait été jugé, acquitté et donc acquitté de l’accusation, de nombreux dirigeants tentent de le faire culpabiliser en glorifiant la douleur qui saisit les victimes de la crise de rhétorique susmentionnée, douleur qui s’aggraverait si une grandiose et une réception triomphale a été réservée à l’ancien président, avec un message subliminal en sourdine du président Gbagbo pour le mois d’août.000 morts blâmés pour cette crise

Tout commence avec la presse française (AFP, RFI, FRANCE 24…) rappelant que la crise post-électorale était due au refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître “sa défaite” à la présidentielle de 2010 maintes et maintes fois dans les câbles et les reportages de ces médias afin d’intérioriser le fait que Gbagbo, en refusant de « reconnaître sa défaite », n’était valable que pour le 3000 décès parmi les suivants peuvent être responsables

Cette abréviation simplifiée est devenue le cadre narratif tenu par les proches du pouvoir pour moduler le format et l’accueil du président Gbagbo

Mais les médias français, et ceux qui prennent leurs positions et revendications pour argent comptant, omettent sciemment de rapporter que la structure, le M Ouattara 2010 vainqueur de l’élection présidentielle de 2010, ne donne que les résultats préliminaires des élections dans ses attributions /p>

Seul le Conseil constitutionnel annonce les résultats définitifs des élections en Côte d’Ivoire et ses décisions ne sont pas contestables, encore moins contestables

Construire un battage médiatique autour des résultats préliminaires et nommer un Président de la République est donc l’expression d’une mauvaise foi flagrante, une volonté de manipuler les opinions, et une véritable insulte aux services de renseignement ivoiriens

A LIRE AUSSI : Ouattara reçoit le ministre français des Affaires étrangères Le-Drian avant le retour de Gbagbo : photos

De plus, dans leur volonté d’incriminer le président Gbagbo de tous les péchés d’Israël, ils mentionnent délibérément qu’Israël a demandé un nouveau dépouillement afin que la crise politique ne conduise pas à la guerre

Pourquoi refuser de recompter les votes ? Quelle responsabilité portent ceux qui ont préféré la guerre au recomptage des voix à la mort de 3 000 Ivoiriens ? Pourquoi ne sont-ils pas répertoriés, pourquoi personne ne s’offusque qu’un candidat à la présidentielle qui n’était ni président de la République ni chef de l’Etat puisse avoir une armée pour se battre pour lui ? /p>

Peut-on imaginer un seul instant que Jean-Luc Mélenchon ou Marine Lepen, candidate à la présidentielle en France, puissent disposer d’une armée qui attaquerait les forces armées républicaines françaises lors d’une campagne électorale ? Même dans un rêve personne n’y penserait… Mais il y a des gens en France qui trouvent des explications et des justifications à une déviation qu’ils n’accepteraient jamais chez eux !

Cette tentative d’accuser le président Laurent Gbagbo des 3 000 morts de 2010 et de lui refuser un accueil grandiose est hautement absurde. Le récent procès d’Amadé Ourémi pour le massacre de Duékoué, connu sous le nom de génocide des Wè, a mis en évidence l’implication de l’armée, que M. Ouattara

Laurent Gbagbo doit-il porter à sa conscience le massacre de ses partisans et assumer la responsabilité de leur mort ?

Faut-il prendre conscience et aussi assumer la responsabilité des morts lorsque des hélicoptères français ont bombardé les camps d’Akouédo et d’Agban qui assume la responsabilité des morts, comme les hélicoptères français les emplacements “stratégiques” du CHU de Cocody et d’un supermarché à bombardé le même quartier ?

Qu’en est-il des jeunes tués devant et à proximité de la résidence du président de la République de l’époque ? La soudaine inquiétude des responsables du RHDP face à la douleur des victimes et à la mémoire de ceux qui sont morts dans la crise de 2010 laisse les deux interrogateurs et douteux De 2010 à aujourd’hui, le RHDP ne commémore que la mémoire des abonnées « 7 femmes » sans un mot aux 2 autresToutes ces agitations et mises en garde n’ont qu’un seul but : mettre un grain de sable dans les préparatifs de la réception du président Gbagbo, afin de semer ensuite le doute et la confusion dans l’esprit des organisateurs et des opposants

A LIRE AUSSI : Nathalie Yamb réagit au comportement bipolaire de Macron face aux coups d’Etat au Mali et au Tchad

Mais les cris de peur, de protestation et la peur d’un bélier fendu n’empêchent pas le tabaski de se dérouler pendant que les préparatifs se poursuivent Il y a eu certainement un matin à Eburnie, il y aura certainement une soirée et les mauvaises herbes seront séparées de la vraie

JA News – Gbagbo et le 3e000 morts dans la crise après les élections de 2010 – YECLOcom

Ref.: https://www.ivoiresoir.net/gbagbo-et-les-3000-morts-de-la-crise-postelectorale-de-2010/