Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Cela peut inclure des publicités de notre part et de celles de tiers en fonction de notre compréhension. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Plus d’informations

Cette semaine, il est apparu que la reine avait envoyé un message de bonne volonté au dictateur nord-coréen Kim Jong-un alors que la nation célébrait sa fête nationale. Les médias nord-coréens ont affirmé que le pays avait reçu une correspondance du monarque le 7 septembre, deux jours avant que la dictature ne célèbre les 73 ans de sa fondation. La reine a déclaré: “Alors que le peuple de la République populaire démocratique de Corée célèbre sa fête nationale, j’envoie mes meilleurs vœux pour l’avenir.”

La reine a partagé des notes de bonne volonté similaires dans le passé, mais c’est la première fois qu’elles sont rendues publiques.

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a confirmé : “Comme les années précédentes, la reine a envoyé un message au peuple de la RPDC à l’occasion de sa fête nationale.”

Pourtant, des récits déterrés affirment que la reine avait également reçu des messages de l’État tyrannique dans le passé, en plus de les avoir envoyés.

En 2014, le Mail Online a rapporté que le deuxième homme le plus puissant du pays à l’époque, Kim Yong-Nam avait envoyé un message d’anniversaire à la reine.

L’agence de presse centrale coréenne officielle a affirmé que M. Yong-Nam “souhaitait à la reine bonne santé et bonheur”.

M. Yong-Nam, qui était président du Présidium de l’Assemblée suprême de Corée du Nord, aurait également souhaité au peuple britannique “bien-être et bonheur”.

Le réseau coréen a affirmé que l’ambassade britannique à Pyongyang a marqué l’anniversaire de la reine avec une réception en présence du vice-ministre des Affaires étrangères et du vice-ministre du Commerce extérieur.

Aujourd’hui, l’armée sud-coréenne a déclaré que la Corée du Nord avait tiré deux missiles balistiques sur sa côte est dans la mer de l’Est.

Il s’agissait du premier test de missile balistique du pays en six mois et est intervenu alors que la Corée du Sud et la Chine se réunissaient pour convaincre le Nord de reprendre la dénucléarisation.

Le Commandement indo-pacifique américain a souligné que les missiles ne constituaient pas une menace pour les États-Unis, leurs territoires ou leurs alliés, mais qu’ils soulignaient « l’impact déstabilisant du programme d’armes illicites [de la Corée du Nord] ».

Yoshihide Suga, le Premier ministre japonais, a qualifié le lancement de « scandaleux » et a souligné qu’il menaçait la paix dans la région.

Quelques heures plus tard, le Sud a testé ses missiles balistiques lancés par des sous-marins, qui, selon eux, étaient pré-planifiés et non en réponse aux lancements de la Corée du Nord.

À ne pas manquer : le prince William a soutenu le plaidoyer de Harry et Meghan en faveur de la vie privée[INSIGHT]Emmanuel Macron humilié car son « arrogance » lui a coûté des voix[OPINION]Le taux d’imposition des gains en capital pourrait être porté à 45 % : « possible ! » [ANALYSE]

La Corée du Sud est devenue le septième pays au monde doté d’une telle technologie, et le président du pays, Moon Jae-in, a déclaré que la Corée du Sud avait « une dissuasion suffisante pour répondre aux provocations de la Corée du Nord ».

La semaine dernière, la Corée du Nord a qualifié les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie d'”étrangleurs des droits de l’homme” après leur sortie d’Afghanistan.

Le ministère des Affaires étrangères du pays a déclaré que les nations : « Piétinent sans pitié même le droit à la vie, le droit fondamental des droits de l’homme, et [pour] qu’ils reçoivent une dénonciation unanime de la société internationale. »

Une deuxième déclaration du ministère des Affaires étrangères du régime a déclaré que les États-Unis avaient présidé à un « pandémonium complet » en Afghanistan.

Il a déclaré : « Il n’y a pas de prescriptions pour les crimes contre l’humanité et les criminels qui ont violé les droits de l’homme n’échapperaient jamais au jugement sévère de la société internationale.

Malgré les affirmations de la Corée du Nord, une commission d’enquête des Nations Unies de 2014 a déclaré que le régime du pays avait commis des violations équivalant à des crimes contre l’humanité, notamment l’extermination, le meurtre, l’esclavage et la torture.

Human Right Watch, une organisation internationale qui lutte contre les violations des droits humains, a également déclaré : « La Corée du Nord reste l’un des pays les plus régressifs au monde.

Consultez les premières et dernières pages d’aujourd’hui, téléchargez le journal, commandez les anciens numéros et utilisez les archives historiques du journal Daily Express.

Ref: https://www.express.co.uk