Le Mexique a battu le Honduras 3-0 à l’Estadio Azteca et a regagné la première place de l’Octogonale de la CONCACAF lors des éliminatoires de la Coupe du monde de dimanche.

Après un match nul décevant 1-1 contre le Canada jeudi dernier, un match dans lequel le Mexique a eu la chance de marquer un point à domicile, l’entraîneur-chef d’El Tri Gerardo Martino a apporté trois changements à son onze de départ. Chaka Rodríguez a commencé comme arrière droit à la place de Jorge Sánchez, ce qui a donné au Mexique plus de possession tout au long du match. Le défenseur vétéran Héctor Moreno, un autre défenseur au ballon, a débuté en défense centrale devant le plus robuste Néstor Araújo.

Peut-être plus important encore, Martino a compris qu’une présence plus dynamique était nécessaire au milieu contre le Honduras après avoir perdu la bataille du milieu de terrain contre le Canada. Sebastián Córdova, 24 ans, du Club América, a remplacé Andrés Guardado, 35 ans, au milieu et a immédiatement livré. Córdova a décoché un tir à bout portant devant le gardien hondurien Luis López à la 18e minute et a calmé une foule mexicaine nerveuse dès le début.

À partir de là, le Mexique a gâché plusieurs occasions en première mi-temps, ce qui a permis au Honduras de rester à distance de frappe jusqu’à ce que l’Argentin Rogelio Funes Mori marque le deuxième but du Mexique à la 76e minute.

Le Honduras avait été réduit à 10 hommes à la 49e minute après que le défenseur Maynor Figueroa ait été expulsé pour un défi impétueux par derrière sur l’attaquant de Wolverhampton Raúl Jiménez. À partir de là, le Honduras n’était pas à la hauteur du Mexique.

L’ailier de Naples Hirving “Chucky” Lozano était de loin le meilleur joueur mexicain ce soir-là. Après une première mi-temps peu charismatique, Lozano a marqué un beau but à la 86e minute.

Le Mexique se rendra au Salvador mercredi avec un chemin vers Qatar 2022 à la vue de tous.

Le jeu n’a peut-être pas toujours été exceptionnel, mais l’équipe est restée soudée et a obtenu de bons résultats dans la fenêtre d’ouverture.

Jon Gruden sur l’utilisation du trope racial en 2011: “Je n’ai pas une once de racisme en moi”

Le jeu n’a peut-être pas toujours été exceptionnel, mais l’équipe est restée soudée et a obtenu de bons résultats dans la fenêtre d’ouverture.

Jon Gruden sur l’utilisation du trope racial en 2011: “Je n’ai pas une once de racisme en moi”

Ref: https://theathletic.com