Dimanche, des enseignants, des retraités et des travailleurs ont organisé des manifestations à travers l’Iran, pour protester contre leurs mauvaises conditions de vie et contre la corruption et le pillage du régime. Depuis qu’Ebrahim Raisi a été nommé président du régime, ces protestations se sont poursuivies et étendues.
Les Iraniens souffrent de la hausse des taux d’inflation et de la flambée des prix. Ils arrivent à peine à joindre les deux bouts. Au fil du temps, il devient évident que Raisi et son gouvernement ne résoudraient pas les problèmes économiques de l’Iran.

« Lorsque le gouvernement met la main dans les poches des gens en imprimant des billets de banque, etc., au lieu de réformer les structures économiques, les gens sont naturellement confrontés à une augmentation du taux d’inflation au lieu de la croissance économique et des opportunités. Dans cette situation, résoudre le problème de l’inflation prend certainement du temps », a écrit dimanche le quotidien d’État Keyhan, connu comme le porte-parole du guide suprême du régime, Ali Khamenei.
En d’autres termes, malgré les promesses creuses de Raisi, qui est nommé par Khamenei, la vie du peuple iranien ne s’améliorerait pas.

Dimanche, des enseignants, des travailleurs et des retraités qui protestaient ont scandé : “Les retraités meurent, mais ils n’accepteront pas l’humiliation”, “Nos assiettes sont vides, assez de promesses vides”, “L’inflation, les prix élevés, c’est comme un fléau dans la vie des gens », « Nous ne voulons pas de promesses creuses » et « Les moyens de subsistance sont notre droit inaliénable. »

Dimanche, alors que de nombreuses villes iraniennes ont été témoins de ces manifestations, Khamenei a prononcé un discours, faisant référence à “l’ennemi à l’intérieur du pays” et a souligné que “la sécurité est le problème le plus important” de son régime, auquel “il faut prêter attention”. Il a ensuite souligné que ses forces répressives telles que les « Gardiens de la révolution (IRGC), les forces de sécurité de l’État, la police et les Basij [paramilitaires] sont le bouclier protecteur [du régime] contre les menaces de l’ennemi ».
La tâche principale des forces de sécurité susmentionnées est d’opprimer toute dissidence.

Les gens ont scandé dimanche : « Ayez peur (appelez les autorités), nous sommes tous unis » et « Ce n’est qu’en [versant dans les rues] que nous pourrions obtenir nos droits. » Ainsi, il est clair qui est l’ennemi du régime : le peuple iranien.
Ces manifestations en cours sont devenues le cauchemar de Khamenei. Il sait clairement quel résultat dévastateur ces manifestations pourraient avoir pour lui et son régime. Ainsi, il met en garde les responsables de son régime contre « l’ennemi à l’intérieur du pays ».

Khamenei et Raisi ont peur de ces manifestations en cours car ils sont dans une impasse. Ils devraient s’attaquer aux problèmes des gens et répondre à leurs demandes en réduisant leur pillage de la richesse nationale et de la corruption de l’Iran et permettre aux gens de protester, ou ils devraient se préparer à affronter «l’ennemi».
« Si le coût de la vie et les problèmes que nous avons connus ces derniers temps se poursuivent, dans les mois à venir, nous serons confrontés à des protestations populaires en raison des problèmes de vie et économiques », a écrit lundi l’agence de presse officielle ILNA.

« Pendant des années, les mollahs ont gaspillé les biens et les propriétés de la grande majorité du peuple iranien dans la répression, les guerres, le terrorisme et les programmes de missiles et nucléaires. Ils n’ont rien apporté au peuple que l’oppression, la discrimination, la pauvreté, le chômage et l’inflation. Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance (CNRI), a tweeté : « Salut aux enseignants et retraités épris de liberté en Iran qui sont descendus dans la rue pour réclamer leurs droits malgré les risques élevés et les menaces des forces de sécurité. . La résistance, le soulèvement et le renversement du fascisme religieux sont le seul moyen de réaliser les droits des retraités, des enseignants et des travailleurs. »

Pendant des années, les mollahs ont gaspillé les biens des propriétés & de la grande majorité du peuple iranien dans la répression, les guerres, le terrorisme et les programmes nucléaires de missiles &. Ils n’ont apporté au peuple que l’oppression, la discrimination, la pauvreté, le chômage et l’inflation.

Khamenei et son régime n’arrêtaient pas de piller les richesses du peuple. Le chef de la police de sécurité économique du régime a reconnu une augmentation de 300 % des détournements de fonds par rapport à l’année dernière.
L’augmentation de l’oppression ou plus de pillage ne sauverait pas ce régime. Ces mesures ne pourraient que retarder un autre soulèvement national pendant une courte période. Cette fois, le régime ne survivrait pas au soulèvement populaire car ils n’ont rien à perdre et sont vraiment « l’ennemi » du régime et sa menace existentielle.

Ce site utilise des cookies afin que nous puissions vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible. Les informations sur les cookies sont stockées dans votre navigateur et remplissent des fonctions telles que vous reconnaître lorsque vous revenez sur notre site Web et aider notre équipe à comprendre quelles sections du site Web vous trouvez les plus intéressantes et utiles.

Les cookies strictement nécessaires doivent être activés à tout moment afin que nous puissions enregistrer vos préférences pour les paramètres des cookies.

Si vous désactivez ce cookie, nous ne pourrons pas enregistrer vos préférences. Cela signifie que chaque fois que vous visitez ce site Web, vous devrez à nouveau activer ou désactiver les cookies.

Ref: https://www.ncr-iran.org