Les 20-10 Sixers sont à Tampa Bay pour une mini-série de deux matchs contre les 15-15 Toronto Raptors, une bizarrerie d’une saison disputée pendant la pandémie COVID-19.

Ben Simmons et Shake Milton sont tous deux disponibles pour jouer et sont répertoriés comme probables pendant la journée avec une maladie et une entorse de la cheville gauche, respectivement.

Milton sera une restriction de minutes, selon l’entraîneur-chef Doc Rivers, bien qu’il ne soit pas sûr du nombre exact. Le banc des Sixers était à nouveau médiocre sans Milton contre Chicago, étant devancé 35-16 par la deuxième unité des Bulls.

Kyle Lowry est absent à cause d’une entorse du pouce gauche. Les Raptors n’ont en fait pas perdu un match sans la légende de Villanova depuis le 16 novembre 2019 et sont 5-0 quand il siège cette saison. Une autre ancienne star du basket-ball universitaire de Philadelphie, le produit de St. Joseph, DeAndre ’Bembry, a commencé les deux derniers matchs des Raptors, des victoires sur Milwaukee et le Minnesota.

Avant que le COVID-19 n’affecte le rythme quotidien de la vie en NBA, Joel Embiid discutait régulièrement dans son casier avec l’icône du basket-ball de Philadelphie et le conseiller exécutif des Sixers, Sonny Hill. Lorsqu’on lui a demandé vendredi soir après avoir marqué 50 points, un sommet en carrière et 17 rebonds, s’il s’étonnait un jour, Embiid a repensé à une pépite de sagesse issue de ces discussions.

«Non», dit-il. «Une chose que le grand Sonny Hill m’a toujours dit – nous avions l’habitude de parler tout le temps après les matchs et avant les matchs; avec COVID, ce n’est pas possible – il me disait toujours: «Je ne peux pas monter trop haut, je ne peux pas descendre trop bas.» Parfois, j’ai de gros matchs. On dirait que les 15 ou 20 derniers matchs, c’est tous de gros matchs et tous de gros chiffres. Mais si c’est ce dont j’ai besoin, je vais le faire. … Je joue pour gagner, alors quoi qu’il en coûte. Si je dois installer des écrans et ouvrir les gars, passer le ballon et lancer l’attaque comme je l’ai fait lors du dernier match lorsque j’ai eu neuf passes, c’est ce que je vais faire. Si c’est dominant et juste marquer, c’est ce que je vais faire.

«Mais je me soucie plus de l’aile défensive, et je suis plutôt content de ce que nous avons fait ce soir, car nous n’avons pas été bons défensivement ces deux derniers matchs. Mon objectif est d’être le joueur défensif de l’année. Je me soucie davantage de cette fin et je suis heureux que nous ayons fait un meilleur travail ce soir. “

Embiid a raison de dire que chacun de ses derniers matchs pourrait être classé comme «gros». La dernière fois qu’il a marqué moins de 25 points dans une compétition, c’était le 14 janvier. Il avait inscrit 45 points, 16 rebonds et cinq vols avant le match, donc ce n’est pas comme s’il avait quelque chose de similaire à distance à une crise encore cette saison. Bien qu’il puisse éventuellement passer une nuit de tournage, sa grande variété offensive l’a jusqu’à présent immunisé.

Aron Baynes et Chris Boucher devraient être les deux principaux ennemis d’Embiid en zone avant à Tampa Bay. Il cherchera à capitaliser sur les avantages d’agilité par rapport à Baynes et de taille par rapport à Boucher, l’un des joueurs les plus améliorés de la NBA cette année. Attendez-vous à ce que Toronto double le plus possible l’équipe Embiid.

Les Sixers sont deuxièmes cette saison en fréquence de prise de vue moyenne et 29e en fréquence à trois points, selon Cleaning the Glass. Les Raptors ont essentiellement le profil de tir opposé, car ils sont 28e en fréquence moyenne et quatrième en fréquence à trois points.

Puisque les Sixers ont plusieurs très bons tireurs de milieu de gamme, avec Embiid le meilleur du peloton, leur faible volume à trois points ne leur a pas coûté trop de matchs. Pourtant, le match de dimanche contre Toronto se démarque comme un match dans lequel l’adversaire des Sixers pourrait avoir un avantage considérable au-delà de l’arc.

Fred VanVleet, qui a disputé un match de 50 points cette saison (54 points sur 23 tentatives de placement contre le Magic le 2 février), n’aura certainement aucun inconvénient à tirer. Il a en moyenne 20,0 points, 6,5 passes décisives, 4,3 rebonds et 1,7 interceptions lors de la première saison d’une prolongation de quatre ans de 85 millions de dollars.

Ref: https://www.nbcsports.com