LOS ANGELES – La question à laquelle les Timberwolves étaient confrontés lors du match de samedi contre les Clippers était de savoir quelle serait leur gueule de bois une nuit après avoir battu les Lakers.

Ce groupe de Wolves est notoirement devenu trop haut sur son propre succès et n’a eu que 24 heures pour redescendre d’une victoire convaincante sur les autres locataires du Staples Center.

La gueule de bois était sérieuse dans une défaite de 129-102 qui n’a pas été proche au-delà des premières minutes du deuxième quart.

Ils jouaient pour la deuxième fois au cours de nuits consécutives, mais les Wolves n’avaient pas à voyager et ils n’avaient pas trop à planifier leur match pour leur adversaire, qu’ils ont affronté deux fois au Target Center la semaine dernière.

Les Wolves auraient pu bien jouer et ne pas gagner samedi contre une bonne équipe des Clippers, mais ils n’ont pas eu à perdre en jouant aussi mal qu’ils l’ont fait. C’était leur contrôle.

Pour la troisième fois, les Clippers ont laissé les Wolves avec beaucoup de questions après une autre défaite.

Les Wolves ont également poursuivi un cycle qu’ils ne semblent pas pouvoir rompre remontant à la saison dernière. Ils jouent bien dans un match, parlent de la façon dont ils doivent jouer comme ça tout le temps, pour finir par tomber à plat la plupart du temps lors du match suivant. Ensuite, il leur faudra peut-être encore quelques minutes pour trouver la concentration nécessaire pendant 48 minutes pour en gagner un autre. Rincez et répétez.

C’est en partie la raison pour laquelle ce groupe particulier de joueurs n’a réussi une séquence de victoires de deux matchs ou plus que quatre fois depuis le début de la saison dernière. Après avoir mené une poussée au troisième quart contre les Lakers, Karl-Anthony Towns n’avait que huit points sur 3 tirs sur 11, et sa soirée a semblé donner le ton au reste de l’équipe. Les Wolves ont terminé ce voyage sur la route de quatre matchs 1-3 et rentrent à la maison pour quatre autres cette semaine.

Les choses ont assez bien commencé. Le premier quart n’a pas été un désastre total puisqu’Anthony Edwards a égalé son score de vendredi soir avec neuf dans le premier. Les Wolves ne pouvaient pas frapper de l’extérieur, mais les Clippers non plus, et le jeu n’a jamais dévié en dehors de quelques possessions jusqu’à plus tard dans le quart lorsque Luke Kennard a eu quelques tirs à tomber.

Les Wolves n’étaient menés que 32-26 au début du deuxième quart. À ce moment-là, ils ne se sont pas contentés de lâcher la corde, comme ils ont tendance à le dire, ils l’ont arrachée de ses amarres et l’ont jetée au sol.

Un tronçon de 25-8 a prolongé l’avance des Clippers au-delà de 20 et il atteindrait 27 à la mi-temps. Les statistiques de la première mi-temps étaient déprimantes pour les Wolves. Les Clippers les ont dominés 38-17 au deuxième quart. Ils avaient 40 points dans la peinture et ont doublé les Wolves dans cette catégorie. Ils les ont également doublés aux points de contre-attaque (22-11).

Towns, qui a eu du mal à gérer les doubles équipes que les Clippers lui ont lancées au Minnesota, n’était que 2 sur 7. Les Wolves n’avaient pas D’Angelo Russell lorsqu’ils ont affronté les Clippers au Minnesota et Edwards a promis qu’ils seraient très bien contre eux quand Russell est revenu. Ils ne l’étaient pas. Russell était également 2 sur 7 en première mi-temps. Edwards s’est également refroidi après son départ à chaud et a terminé 5 sur 16.

Les Wolves ont fait preuve d’une certaine détermination face à des déficits de plus de 20 points cette saison et sont revenus pour rendre certains matchs intéressants, plus récemment mercredi contre les Warriors. Ce n’était pas une de ces nuits. Les Clippers ont porté leur avance à 31 dans le troisième.

Paul George a terminé avec 23 points tandis que Reggie Jackson en avait 21 pour les Clippers, qui ont tiré 54%. Les Wolves n’ont tiré que 39%, Edwards marquant 21 et Russell 15.

Ref: https://www.startribune.com