Alors que le fondateur de WikiLeaks approche de la liberté, les États-Unis intensifient leurs efforts pour extrader Julian Assange. Caché à l’ambassade d’Équateur à Londres (Royaume-Uni) pendant sept ans, puis incarcéré pendant deux ans et demi à la prison de Belmarsh, Julian Assange espère de plus en plus s’évader de prison.

En janvier dernier, un juge anglais a rejeté une première demande d’extradition de Washington et a souligné le risque de suicide que pourrait représenter une traversée forcée de l’Atlantique pour Julian Assange aux États-Unis.

Cependant, Washington a pu faire appel de la décision et remettre en cause la fiabilité d’un expert qui avait témoigné dans son favoriser. Le psychiatre Michael Kopelman a reconnu avoir triché sur les tribunaux en « dissimulant » le fait que son client est devenu père alors qu’il était emprisonné à l’ambassade d’Équateur à Londres.

Cet appel, qui a duré plus de deux jours pour se dérouler devant la Haute Cour est l’un des derniers recours pour Washington, qui en cas de nouvelle défaite n’aurait que la possibilité d’aller devant la Cour suprême du Royaume-Uni sans que cela ne lui soit accordé. S’ils gagnent, l’affaire ne sera pas terminée, mais un tribunal doit trancher.

Julian Assange, qui est soutenu par un certain nombre d’organisations de défense de la liberté de la presse, sera poursuivi pour avoir collecté plus de 700 000 documents secrets d’ici 2010 sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Il a été arrêté par la police britannique en avril 2019 après avoir passé sept ans en réclusion à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il a été réfugié sous caution. Il craignait une extradition vers les États-Unis ou la Suède, où il a été inculpé de viol, qui a depuis été abandonné.

Selon sa compagne Stella Moris, qui lui a rendu visite samedi en prison, Julian Assange est “en très mauvais état” . “Julian ne survivrait pas à l’extradition, selon le jugement des juges” en janvier, a-t-elle déclaré lundi.

“Julian veut rentrer en Australie et voir sa famille, sa mère, qu’il n’a pas vue depuis huit ans. », a-t-elle déclaré, admettant que ce serait difficile car « l’Australie n’a rien fait pour assurer sa sécurité. » Le résultat est autre que la confirmation du refus d’extrader Assange vers Washington.

Des centaines de manifestants samedi – avec des pancartes “N’extrade pas Assange, le journalisme n’est pas un crime” ou “10 ans c’est assez, Assange libre maintenant !” – se sont réunis devant la Haute Cour de Londres avec Stella Moris pour exiger leur libération.

Plusieurs organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse – dont Amnesty International, Human Rights Watch et Reporters sans frontières – ont convoqué mi-octobre Une lettre ouverte au procureur général américain « profondément préoccupé » par le rejet de ses poursuites.

Julian Assange est jugé par le président Donald Trump. Sous son prédécesseur Barack Obama, qui avait nommé Joe Biden comme vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateur de WikiLeaks. Mais l’élection de Joe Biden à la Maison Blanche n’a pas apporté le revirement qu’espéraient les partisans de Julian Assange.

Reporters sans frontières, directrice des campagnes internationales, Rebecca Vincent, a estimé que le président démocrate avait raté l’occasion de se présenter. de ses prédécesseurs à distance. “Les Etats-Unis semblent déterminés à continuer dans cette voie, mais ce n’est pas inévitable”, a-t-elle déclaré aux journalistes. « Il faut que ça s’arrête. “

Recevez chaque mardi le meilleur de l’actualité internationale et découvrez en avant-première les offres exclusives Le Point.

…. Ce serait une bonne réaction aux États-Unis après l’affaire des sous-marins.

Lire les articles de la rubrique International,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Ref: https://www.lepoint.fr