Vous connaissiez le frelon européen et son dangereux cousin asiatique, vous devez désormais faire attention à un autre congénère de cette espèce tout aussi impressionnante : le frelon oriental. Selon Midi Libre, les abeilles et les professionnels de la filière s’inquiètent déjà de cette apparition en France.

Les scientifiques disent ne pas encore savoir s’il s’agit d’une importation classique ou si Vespa orientalis Linnaeus, bourgeoise, pourrait un jour construire des nids. Il s’agirait alors d’une installation plus ancienne en zone urbaine. Des spécialistes ont observé cet insecte à Marseille et ont publié ce mois-ci un article dans le magazine Faunitaxys.

Sa piqûre est 6 à 7 fois plus venimeuse que celle d’une guêpe et vient d’être observée pour la première fois dans le 15e arrondissement de la ville # Marseillehttps : //t.co/CrkREkGR28

« Cette espèce a une capacité d’expansion très, très rapide. De nos jours, il est très difficile, voire inutile, de lutter contre les essaims, ils se multiplient trop vite », a déclaré à France 3, la directrice d’Ecotonia, conseillère en environnement. Le frelon oriental s’ajoute donc à la liste des deux autres frelons déjà observés dans la région, à savoir le frelon européen et le frelon asiatique.

Selon Midi Libre, le frelon oriental se distingue par sa couleur rouge. Les reines mesurent entre 25 et 35 mm, tandis que les mâles et les ouvrières peuvent atteindre un maximum de 25 mm. C’est une espèce qui vit principalement dans les Balkans mais qui a récemment été observée dans le nord de l’Italie et de l’Espagne.

Cette découverte constitue une grande menace pour les abeilles dont le frelon oriental raffole. Les apiculteurs craignent déjà que leurs ruches soient anéanties. La douleur est plus grande avec un homme qu’avec une piqûre de guêpe.

Intelligence artificielle, crédit social, avenir du travail : prenez du recul chaque mois et découvrez les sujets qui façonneront demain

La recette idéale : une moitié de banane mûre, une moitié de bouteille de mauvais vin blanc comme le villageois, le reste de la liqueur. J’ai 4 pièges qui fonctionnent entre mars et novembre et c’est un massacre de frelons, de guêpes et de mouches. mais pas d’abeilles ni de bourdons (le vin blanc les éloigne). Les pièges doivent être renouvelés chaque semaine, mais c’est le prix de la tranquillité d’esprit. Pour que le frelon oriental émerge, il est bien reçu.

D’ailleurs c’est une bonne chose, car d’après cet article on ne peut rien faire ! Tous sauf le frelon asiatique ont joué ici et cela a fonctionné, alors retroussons nos manches et écrasons cette camelote !

La menace posée par le frelon asiatique et son pouvoir destructeur sur les abeilles qui a été balancé il y a deux ans “a fait sensation” alors nous obtenons les mêmes salades avec ce frelon oriental.
Pourquoi tu te prives d’une bonne horreur, non ?
Et comme pour les abeilles entre le Round Up et les frelons en tout genre, on se demande vraiment comment on trouve toujours autant de miel et pourquoi les prix de ce produit n’ont pas explosé.
Après tout, la piqûre du nouveau frelon serait “supérieure à celle d’une guêpe” : comparaison stupide, seule celle avec la piqûre de notre bon vieux frelon, bon de chez nous, est valable… Et là je suis prêt à parions que c’est plutôt moins terrible comme ça cette sale bête peut nous faire grand mal.

Lire les articles de la rubrique Environnement,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Ref: https://www.lepoint.fr