Le Gard a subi mardi un “épisode méditerranéen” de fortes pluies, de grêle et de rafales de vent pendant plusieurs heures, qui à l’époque n’a fait aucun blessé, mais surtout causé d’importants problèmes de circulation, selon les autorités.

Le Gard devenu Météo-France l’a même mis en “vigilance rouge” en fin de matinée vers 14h00

L’onde de tempête, qui frappe une grande partie du sud de la France depuis le début de la journée, a été particulièrement active dans ce département, notamment autour de Nîmes et l’a provoqué préfecture.

« La situation pluvio-orageuse évolue favorablement avec un affaiblissement progressif de l’activité orageuse », a souligné Météo France dans son dernier communiqué après de très fortes accumulations de pluie (localement de 250 à 300 mm) et en hausse de rafales de vent jusqu’à 105 km/h et de “gros grêlons”.

Conférence de presse de la Préfecture du Gard, Marie-Françoise Lecaillon : “Des dégâts, ça va certainement arriver, mais pour l’instant nous n’avons pas de constats de dégâts très importants”, a-t-elle souligné.

Au centre commercial de Caissargues en périphérie de Nîmes , 150 mètres carrés de toiture se sont effondrés et “l’enquête est en cours”, mais “à ce stade personne n’a été blessé”, a précisé la préfecture.

Dans la matinée, les fortes pluies ont principalement bloqué plusieurs routes départementales, notamment dans le Secteur Vidourle, autour de la ville de Quissac au pied des Cévennes, où des infiltrations d’eau ont été observées dans une salle du collège.

L’épicentre de la tempête s’est alors concentré sur la plaine de la Vaunage, au sud-ouest de Nîmes, et sur n Secteur de Nmes lui-même, où le risque d’inondation est élevé. Dans ces quartiers, la préfecture avait recommandé aux parents de laisser leurs enfants à la cantine vers midi et que les salariés restent dans leur entreprise le temps de laisser passer l’orage.

“Le service de train entre Nîmes et Montpellier sera totalement interrompu “et” la circulation des bus et autocars dans les zones sinistrées sera suspendue jusqu’à nouvel ordre”, a annoncé la préfecture en début d’après-midi et espéré une reprise de la circulation avant l’heure de pointe du soir.

De même”, la L’autoroute A9 sera dans les deux sens de circulation entre Nîmes et Montpellier coupée afin de réaliser des actions d’évacuation des usagers de l’autoroute, notamment par des travaux de levage », a-t-on précisé de même source. De nombreuses routes et ponts submersibles sont coupés dans le département.

Cela coupe toute la liaison entre l’Espagne et la région de Montpellier d’une part et la vallée du Rhône, la région marseillaise et l’Italie d’autre part.

Selon Un communiqué des pompiers a effectué “de nombreuses opérations pour véhicules en difficulté, chutes d’arbres, inondation de locaux”, qui ont également effectué “de nombreuses interventions non urgentes dans des locaux inondés ou infiltrations d'”eau”. La saison des pluies est terminée

Météo-France avait six départements sont également placés en vigilance orange : l’Hérault, qui est sorti de la vigilance orange dans l’après-midi, mais aussi l’Aveyron, la Haute-Garonne, le Lot, le Tarn et le Tarnet-Garonne, où les précipitations sont à être attendu plus tard dans la journée.

Lire les articles de la rubrique Entreprise,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

La rédaction du Point – plus d’une centaine de journalistes – vous accompagne
ses enquêteurs, ses reporters, ses correspondants sur tous les continents.
Notre travail? Enquêter, révéler et, surtout, ne jamais lâcher prise. Recettes de
L’abonnement et la publicité nous donnent les moyens d’un journalisme gratuit et de qualité.
Pour nous lire, abonnez-vous ou acceptez les cookies.

Ref: https://www.lepoint.fr