Après 50 ans, Roger Daltrey a décidé de faire un pop chez les Stones, déclenchant un match d’argot septuagénaire. David Lister sur l’histoire déshonorante des dieux du rock et leurs commentaires garces

Le chanteur des Who, Roger Daltrey, a dû être agacé par la suppuration des Rolling Stones depuis plus de 50 ans. Des décennies après l’ère qui a rendu les deux groupes célèbres dans le monde entier, Daltrey a pris une pop aux Stones. Dans une interview, il a déclaré : « Vous ne pouvez pas enlever le fait que Mick Jagger est toujours le showman n°1 du rock ‘n’ roll à l’avant. Mais en tant que groupe, si vous étiez à l’extérieur d’un pub et que vous entendiez cette musique sortir d’un pub un soir, vous penseriez, eh bien, que c’est un groupe de pub médiocre !

Un groupe de pub aurait été assez mauvais. Mais c’est l’insertion du mot « médiocre » qui montre un artisan à l’œuvre. Et quand le rockeur de 77 ans a ajouté: “Pas de manque de respect”, c’était aussi la signature ultime de garce.

Aucun manque de respect non plus de la part de Sir Paul McCartney, qui a également eu ces dernières semaines sa propre pop aux Stones, les qualifiant de “groupe de reprises de blues” et affirmant que le filet des Beatles était “plus large que le leur”.

De gauche à droite : le guitariste des Rolling Stones Brian Jones, Yoko Ono et John Lennon avec leur fils Julian, Eric Clapton, et derrière eux Roger Daltrey

Bitchiness est apparu dans les paroles de chansons de Lennon et McCartney dans le cadre des retombées des Beatles en 1971

Vous voulez ajouter vos articles et histoires préférés à vos favoris pour les lire ou les référencer plus tard ? Démarrez votre abonnement Premium indépendant dès aujourd’hui.

Veuillez actualiser la page ou naviguer vers une autre page du site pour être automatiquement connecté

Titre associé :
Les petites rockstars et leurs petites querelles
Écoutez Ron Wood et Andrea Corr's Cover of &# 39;Blue Christmas'
Nick Saban raconte comment Mick Jagger a aidé à transformer Jack Lambert dans un secondeur All-America

Ref: https://www.independent.co.uk