PRIX GONCOURT 2021 – Ce mercredi 3 novembre, le 119e Prix Goncourt sera remis à l’un des quatre finalistes encore en lice lors du traditionnel déjeuner au Drouant à Paris.

[Mise à jour mercredi 3 novembre 2021, 11h53] Ce mercredi 3 novembre, vers midi, le Prix Goncourt sera remis à l’un des quatre finalistes encore en lice. Trois hommes et une femme composent cette dernière liste, qui traitent tous de graves problèmes qui font la une des journaux depuis plusieurs années – le colonialisme pour l’un, le mensonge, la violence et la mémoire pour l’autre, la violence policière pour le troisième, et l’inceste en leur travail pour la fin. Lequel de Mohamed Mbougar Sarr, Sorj Chalandon, Louis-Pjilippe Dalembert ou Christine Angot recevra le prestigieux prix ? Un nom semble être sur toutes les lèvres : Mohamed Mbougar Sarr, nominé pour pas moins de huit prix différents cette année. Christine Angot, de son côté, semble avoir considérablement réduit ses chances après avoir reçu le Prix Médicis : Didier Decoin, président de l’Académie Goncourt, a même déclaré, selon le Parisien : “Il ne faut pas oublier nos amis et alliés”. qui sont les libraires. Si on donne deux prix à un livre, cela se traduit par un seul livre en vitrine. »

Mardi 26 octobre, l’Académie Goncourt a annoncé les noms des quatre finalistes de l’édition 2021 du prix avec un petit surprend Mohamed Mbougar Sarr, avec son roman pédagogique entre le Sénégal, la France, les Pays-Bas et l’Argentine, La mémoire la plus secrète des hommes (Philippe Rey/Jimsaan), également toujours sur la liste Renaudot, fait partie de la liste. Cette saison l’écrivain sénégalais a battu des records de nominations : Grand Prix de l’Académie française, Renaudot, Femina, décembre, et maintenant Goncourt tentent d’inclure l’auteur dans leur sélection. Dans La mémoire la plus secrète des hommes, il s’intéresse notamment au colonialisme A ses côtés Sorj Chalandon avec Enfant de bâtard (Grasset), où l’auteur primé décrit l’étonnante évolution d’un père pendant la Seconde Guerre mondiale à partir d’un soldat nazi m trace des patriotes résistants entre mensonges et violence. Milwaukee Blues (Sabine Wespieser) de Louis-Philippe Dalembert est également nominé : Le meurtre de George Floyd l’inspire et crée une figure imaginaire de la torture sur fond de violences policières. Christine Angot et son roman Le Voyage dans l’Est (Flammarion), qui traite de l’inceste qu’elle a subie, surprend par la complétion de cette liste. En effet, elle vient d’être couronnée du Prix Médicis en 2021, ce qui semblait diminuer ses chances d’atteindre ce poste de finaliste du Prix Goncourt.

L’Académie Goncourt, qui succède à Hervé Le Tellier (lauréat du prestigieux prix prix pour L’Anomalie 2020), est dirigé par Didier Decoin et est composé d’Eric-Emmanuel Schmitt, Pascal Bruckner, Paule Constant, Patrick Rambaud, Tahar Ben Jelloun, Camille Laurens, Françoise Chandernagor, Philippe Claudel et Pierre Assouline. Le Prix Goncourt sera annoncé mercredi 3 novembre à 12h45 à Drouant.

Et Mohamed Mbougar Sarr semble être le grand favori de cette édition du prestigieux prix : après avoir séduit de nombreux jurés, le -Le vieil écrivain a vu son roman La mémoire la plus secrète des hommes (2021, Philippe Rey / Jimsaan) soulever Renaudot, Femina, Médicis, “Les Inrocks”, décembre, Grand Prix du roman de l’Académie française ou encore la Finale des Médicis -Prix dans les listes de prix. Le plus jeune des finalistes présente un jeune écrivain sénégalais qui, bouleversé par la découverte d’un livre publié en 1938, décide d’enquêter sur l’histoire de l’homme derrière l’œuvre. A travers les mémoires diverses (celles de la colonisation, de la Première Guerre mondiale, de la Shoah…) c’est tout un voyage entre l’Argentine, la France, les Pays-Bas et le Sénégal que retrace Mbougar Sarr.

Avec La Mémoire la plus secrète des hommes (2021) complète la liste de Mohamed Mbougar Sarr des sujets difficiles, voire tabous, qu’il choisit comme pièce maîtresse de ses romans, de la violence islamique à la vie tragique des migrants et de l’homosexualité à la colonisation. Mohamed Mbougar Sarr, né en 1990 à Dakar (Sénégal), fils d’un médecin et d’une femme au foyer, a grandi dans une famille nombreuse, dont il était l’aîné, à Diourbel, à 150 kilomètres de Dakar. L’environnement privilégié dans lequel il évolue lui permet de s’orienter vers le militaire. Après son bac, il passe cependant en classe préparatoire et fréquente le Gymnase Pierre-d’Ailly à Compiègne (Hauts-de-France). Il intègre ensuite l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Dès son entrée au collège de recherche, il a pris sa plume, qu’il n’a jamais lâchée. A seulement 24 ans, il publie Terre ceinte (Présence Africaine), un roman sur la vie d’une petite ville fictive de la région du Sahel sous le contrôle de milices djihadistes et de deux jeunes amants qui ont été exécutés par la police islamique. Ce premier ouvrage a reçu le Prix Ahmadou Kouruma, un prix littéraire suisse du Salon international du livre et de la presse. Il est également lauréat du Grand Prix du roman métis, qui récompense un roman de langue française publié depuis moins d’un an qui met en avant les valeurs de métissage, de diversité et d’humanisme. En 2017, Silence de chor a suivi, mettant en scène le quotidien des migrants africains en Sicile : Il a reçu le prix de littérature mondiale du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo et le prix du roman métis de la ville de Saint-Denis en 2018 Dans le même année de parution De pure hommes, une enquête fictive sur la mort d’un homme homosexuel à Dakar qui défiait l’homophobie et l’intolérance au Sénégal.

En prévision du dévoilement de sa nomination aux Goncourt, Mohamed Mbougar Sarr, qui, mardi 2 novembre , par le Journal du Dimanche a été interviewé en amont du portrait qui pourrait être fait de lui dans les médias. Il refusait d’être réduit au titre du quatrième “Goncourt noir” des cent dernières années et disait déjà : “Victor Hugo, Michel Houellebecq et Christine Angot parlent aussi français que moi”.

Cette nouvelle sélection fait il est possible pour l’Académie de laisser derrière elle la controverse qui l’a émue ces derniers temps. En effet, en septembre dernier, dans le supplément littéraire du Monde, Camille Laurens fustigeait La Carte postale (Grasset) d’Anne Berest, qui rivalisait avec Les Enfants de Cadillac (Gallimard) de François Noudelmann en première sélection de Goncourt – François Noudelmann n’est pas moins Compagnon de Camille Laurens. Les deux livres retracent également une histoire familiale à travers les deux guerres mondiales. Lors de l’annonce de la seconde liste, l’Académie Goncourt a donc présenté de nouvelles règles, dont l’une rend « les œuvres des époux, partenaires ou proches des membres du jury » impropres à leur prix, l’autre exige « que les œuvres soient revue” apparaissent dans la sélection. » François Noudelmann a donc été écarté de la compétition, Anne Berest connaît aujourd’hui le même sort, elle n’est pas sur la liste des finalistes.

Résumé

sélection
Un coup de coeur
Mbougar Sarr
controverse

[Mise à jour mercredi 3 novembre 2021, 11h53] Ce mercredi 3 novembre, vers midi, le Prix Goncourt sera décerné à l’un des quatre finalistes encore en lice….

Je gère mes abonnements push

Les informations recueillies sont destinées au Groupe CCM Benchmark pour assurer l’envoi de votre newsletter.

Sous réserve des options auxquelles vous avez souscrit, elles seront également utilisées à des fins publicitaires ciblées.

Vous disposez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles ainsi que d’en demander la suppression dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également revoir vos options de ciblage à tout moment. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Salah Abdeslam : “Je ne peux parler à personne”, le terroriste décrit sa vie en prison – voir l’actualité

Ref: https://www.linternaute.com