Alors que Monaco sortait pour la seconde moitié de son 35e match de Ligue 1 de la saison dimanche soir au Stade Louis II, tout s’annonçait rose.

Ils étaient 1-0 face à leurs rivaux directs lyonnais. S’ils pouvaient tenir la tête, le Monégasque resterait troisième mais devancerait de sept points Lyon quatrième, juste un derrière le PSG deuxième et deux derrière le leader Lille avec trois matches à jouer. Pour l’essentiel, une place en Ligue des champions serait pratiquement assurée et Monaco serait au cœur de la course au titre la plus folle d’Europe.

Cinquante-cinq minutes plus tard, après un carton rouge, quatre buts, une bagarre de masse tardive et quatre autres cartons rouges, ce sont les joueurs lyonnais qui fêtent et les troupes monégasques de Niko Kovac tombent au sol abattues. C’était une moitié folle de football, celle qui résumait parfaitement la saison de Ligue 1.

Avec le résultat – une victoire 3-2 pour Lyon inspirée de Memphis Depay – la course pour la troisième place en Ligue des champions entre Lyon et Monaco est bel et bien de retour, Lyon à un point derrière ses hôtes. Et avec le PSG et Lille avec quatre et cinq points d’avance sur Monaco qui ont tous deux gagné samedi, la course au titre de Ligue 1 semble être une bataille directe entre eux.

Franchement, c’est une énorme surprise que nous ayons eue aussi loin que début mai avec trois équipes en lice. C’est la Ligue 1. Le PSG est le pur-sang contre les chevaux de trait, ou du moins c’est censé être comme ça. Pourtant, la campagne 2020-2021 a été tout sauf une course à un cheval.

Si nous pouvons fouetter encore un peu plus cette métaphore équine morte, alors le début de saison a donné au PSG un handicap important. Ils ont perdu leurs deux premiers matchs, épuisés physiquement et mentalement après leurs efforts lors des dernières phases de la Ligue des champions de l’année dernière, laissant les choses ouvertes pour le reste.

La première place appartenait à six équipes différentes au cours des huit premières semaines de la campagne, la dernière d’entre elles étant le PSG elles-mêmes après avoir enfin trouvé leur rythme. Mais un penalty tardif de Cesc Fabregas a donné à Monaco une victoire 3-2 à l’extérieur au Parc des Princes fin novembre et a lancé une autre mauvaise course pour le PSG, qui a finalement abouti à Thomas Tuchel après une dispute très publique avec le directeur sportif Leonardo.

Lille et Lyon ont tous deux devancé le PSG et la course au titre était de retour. Malgré le recrutement de Mauricio Pochettino sur le siège du PSG en janvier, il en est resté ainsi, la forme à domicile du PSG en championnat tout aussi irrégulière qu’avant.

Cette saison, le PSG a perdu huit matches de Ligue 1, plus que dans n’importe quelle campagne depuis la prise de contrôle du club par le Qatar en 2011. Le plus récent d’entre eux est survenu début avril alors qu’il s’inclinait contre Lille, toujours à domicile, pour laisser sa mince avance. glisser une fois de plus.

Dans ce match, le PSG a été ouvert par un compteur rapide et Neymar a été expulsé pour une argy-bargy totalement inutile avec Tiago Djalo. Les vieilles habitudes ont la vie dure. Lille, de son côté, a été solide et résiliente, comme elle l’a été toute la saison, une équipe à l’image de son entraîneur Christophe Galtier.

Bien qu’ils aient à vendre leurs meilleurs joueurs chaque été – pensez Gabriel Magalhaes et Nicolas Pepe à Arsenal, Victor Osimhen à Naples et Rafael Leao à l’AC Milan – l’ancien patron de St-Etienne Galtier, aux côtés du directeur sportif portugais Luis Campos, a été en mesure de façonner un équipe brillamment bien équilibrée. Lille a deux bonnes options pour chaque position dans le 4-4-2 de Galtier.

En février, Galtier a déclaré: «C’est très satisfaisant d’être parmi les meilleurs et c’est vrai que c’est une grande réussite. Mais tout cela ne comptera pour rien si nous ne restons pas exigeants envers nous-mêmes jusqu’à la fin de la saison. Nous devons insister sur les petits détails qui feront la différence au plus haut niveau. » Cette mentalité est reprise sur le terrain par ses joueurs.

Parmi les vedettes figurent les jeunes attaquants Jonathan David, Jonathan Ikone et Jonathan Bamba. Ensuite, il y a l’ancien Golden Boy Renato Sanches, le défenseur néerlandais Sven Botman et les internationaux turcs Yusuf Yazici, ainsi que des vétérans comme Jose Fonte et Benjamin Andre. Le plus impressionnant a peut-être été un nouvel ajout, Burak Yilmaz.

Yilmaz avait 35 ans et n’avait jamais joué dans un big five avant cette saison, mais il s’est rendu en Ligue 1 comme un canard dans l’eau et ses buts ont gardé Lille devant le nez au cours du mois dernier. Un contre Metz a mis Lille en tête la semaine après avoir battu le PSG, deux contre Lyon ont tourné le match en faveur de Lille deux semaines plus tard, et un contre Nice samedi – un autre tir brillamment bien placé du bord de la surface – signifie Lille remportera le championnat s’il remporte ses trois derniers matchs.

Jusqu’à la victoire de Lille sur Lyon, il y avait eu quatre équipes avec une chance de remporter le titre avec seulement cinq matchs à jouer. Et bien que Lyon et Monaco en soient peut-être exclus maintenant, ils méritent tous deux le mérite d’avoir mené le combat jusqu’à présent.

Sous l’ancien patron du Bayern Munich Kovac, Monaco a joué un football brillant, pressant haut et marquant 73 buts en championnat avec la paire avant de Kevin Volland et Wissam Ben Yedder engrenant magnifiquement et se nourrissant du service d’un Fabregas relancé.

«Nous courons tellement», a déclaré le défenseur monégasque Djibril Sidibe à L’Equipe plus tôt ce mois-ci. «Nous travaillons depuis 10 mois, un travail acharné. Le coach nous a transformés… Si je vous montrais les résultats GPS, vous seriez choqué. C’est comme si nous avions un joueur de plus que l’opposition. »

Lyon, quant à lui, a réussi à porter une partie de la forme qu’il a montrée en Ligue des champions à la fin de 2019-20 cette saison et Memphis Depay en particulier a été scintillant, marquant 19 buts et en comptant 10 de plus en 35 matchs. C’est lui qui a lancé le retour contre Monaco, se faufilant dans la défense et frappant un tir du pied gauche, via une légère déviation, dans le coin du filet.

La forme de Lyon avant le match de Monaco – sortir de la coupe contre Monaco et perdre contre Lille – avait fait émerger des rumeurs selon lesquelles Lyon chercherait à remplacer l’entraîneur Rudi Garcia par le patron de Lille Galtier à la fin de la saison, mais Garcia était optimiste dans son conférence de presse, parlant de son «désir farouche de finir sur le podium» et disant que «peu d’équipes prendront neuf points [sur les trois derniers matchs], donc si on les prend, on sera en Ligue des champions».

En cela, bien sûr, est l’admission que le titre, bien que toujours mathématiquement possible, a disparu. Lyon devra se contenter de battre Monaco pour la troisième place tandis que Lille et le PSG vont pour la première place. Les deux, comme Lyon, examineront leur run-in en pensant qu’ils ont besoin de neuf points sur neuf.

“Nous continuerons jusqu’à la fin”, a déclaré l’ancien défenseur lillois Fonte, samedi après-midi. «Il reste trois matchs et je pense que chacun est difficile. L’objectif de vendredi prochain est la chose la plus importante. C’est le derby, mais après, il faut aussi battre Saint-Etienne, et peut-être Angers.

«Lens est un match important, mais nous devons traiter tous les matchs comme une finale de coupe. Nous sommes là, dans le combat, et nous sommes prêts à gagner chaque match. “

Ils auront besoin de le faire, car le PSG est chaud sur la queue. Après leur victoire contre Lens samedi, dans laquelle Neymar a joué et marqué, ils ont Rennes, Reims et Brest à vaincre.

“La clé de la course au titre est de prendre chaque match très au sérieux”, a déclaré Pochettino la semaine dernière. «La gestion de l’équipe sera décisive pour avoir une équipe compétitive sur le terrain à chaque match.» Avec la Ligue des champions et la Coupe de France encore à jouer, cet équilibre sera difficile et peut-être décisif.

Pouvez-vous nommer tous les clubs de la Liga, de la Serie A, de la Bundesliga & Ligue 1 en 20-21?

Ref: https://www.planetfootball.com