« Le renforcement de la coopération bilatérale et multisectorielle entre Libreville et Bangui, les questions sécuritaires dans la zone sous-régionale et le retrait des troupes gabonaises de l’ONU ont été les points les plus importants discutés », lors de la rencontre entre Ali Bongo et Touadéra à Libreville, au Gabon, a annoncé la présidence gabonaiseLe 15 En septembre, l’ONU a ordonné le retrait d’environ 450 casques bleus gabonais de sa force de maintien de la paix en République centrafricaine après que le gouvernement gabonais et les Nations Unies ont annoncé des allégations d’exploitation et d’abus sexuels

« En réponse aux questions des journalistes sur les allégations d’abus sexuels à l’origine du retrait du quota gabonais, le président Touadéra a déclaré que son pays n’était pas impliqué dans cette décision et que son gouvernement n’avait pas été informé des éléments sur lesquels cette expulsion est basée », ont souligné les Casques bleus gabonais de la République centrafricaine dans un communiqué de presse

« S’agissant de faits en République centrafricaine, nous avons demandé à être associés désormais à l’enquête en cours, que ce soit du côté des Nations unies ou du côté gabonais, pour en savoir un peu plus Mais nous n’avons pas été impliqués dans les faits, les vérifications », a déclaré le président Touadéra lors de sa conférence de presse dans la capitale gabonaise.

A LIRE AUSSI : Covid, Pierre Dimba : « La Côte d’Ivoire en route pour vacciner 70% de la population »

« Du côté de la Centrafrique, nos institutions n’avaient pas de preuves réelles ni de plainte de la part des victimes. Il faut donc continuer l’enquête car ce sont toujours des Centrafricains et nous avons le droit d’en savoir plus sur les éléments les Centrafricains Le président a ajouté

Faustin-Archange Touadéra a également affirmé à Libreville que la justice de son pays n’avait reçu aucune plainte contre des casques bleus gabonais accusés par l’ONU d’exploitation et d’abus sexuels sur cinq filles, les allégations d’agressions sexuelles sont “désormais infondées”, Gabon La porte-parole de la présidence, Jessye Ella Ekogha, a déclaré dans un tweet le 6 janvier. Octobre

“Depuis 2015 (…) nous avons enregistré 32 allégations d’exploitation et d’abus sexuels de la part de 81 auteurs présumés de la République du Gabon, tous des militaires des contingents actuellement ou anciennement déployés à la MINUSCA”, a déclaré le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric

Il a ajouté que « six de ces allégations ont été confirmées par une enquête » En République centrafricaine, la MINUSCA a été dépêchée par les Nations unies en avril 2014 pour mettre fin à la guerre civile qui a conduit à un coup d’État contre le président François Bozizé le précédent année suivi

JA News – Rencontre Bongo Touadéra : le cas des casques bleus gabonais évoqué

Ref.: https://www.ivoiresoir.net/rencontre-bongo-touadera-le-cas-des-casques-bleus-evoque/