La mairie des écologistes de Strasbourg est à nouveau sous le feu des critiques. Dans la nuit du lundi 3 mai, Jeanne Barseghian et son équipe communautaire ont adopté une motion contre l’antisémitisme critiquée par l’opposition, les accusant de ne pas adopter pleinement la définition de l’Alliance internationale pour se souvenir de l’Holocauste (IHRA). La motion confirmant que Strasbourg “est pleinement attachée à l’antisémitisme et à toutes les formes de discrimination” a été adoptée environ deux mois après que la majorité locale a refusé le 22 mars d’adopter cette définition de l’IHRA.

Cette décision, qui a provoqué colère et malentendus au sein de la communauté juive, a été prise dans le même conseil local dans lequel le principe d’une subvention de 2,5 millions d’euros pour la construction d’une mosquée par une association d’origine turque, Milli Görüs, a été mis en œuvre. a été élu. Le télescopage des deux sujets avait plongé la mairie écologique dans une crise nationale.

Au grand dam de l’opposition, qui a voté contre elle, la définition de l’IHRA n’est pas totalement adoptée, mais seulement “les termes suivants” sont retenus: l’antisémitisme est une certaine perception des juifs qui peut se manifester par la haine envers eux. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent les personnes juives et non juives et / ou leurs biens, les institutions communautaires et les lieux de culte. “

Le texte de la mairie de protection de l’environnement exclut en particulier le passage qui dit que” le déni du droit à l’autodétermination des juifs, par exemple en affirmant que l’existence de l’Etat d’Israël en est le fruit d’une entreprise raciste »est une forme d’antisémitisme. La motion insiste sur le fait que «la liberté d’expression et la critique des politiques de tout gouvernement», y compris d’Israël, sont des «droits inaliénables».

Au cours des débats houleux centrés sur cette définition, la majorité écologique et la leur ont pu être en désaccord Les opposants ne sont pas d’accord, ces derniers mettant leurs propres textes aux voix. “La mairie de Strasbourg, en adoptant deux motions (…) a” accepté “la définition développée par l’IHRA, qui a été saluée dans un communiqué de Catherine Trautmann, qui a regretté que la majorité” ne soutienne pas la définition de l’IHRA “.

Que fait ce type de conseil dans un conseil local? Vous devriez diriger une ville, rien d’autre.

EELV est au centre de l’islamogauchisme. Et condamner les antisémites qui se cachent derrière l’antisionisme priverait EELV de la majorité de ses électeurs.

Le texte de l’IHRA est non contraignant, adopté par consensus et reconnu par plusieurs pays, dont la France. Il préserve clairement la liberté de critiquer l’État d’Israël comme n’importe quel autre État. On comprend mal pourquoi cette élue entraîne sa ville dans un débat ésotérique déjà traité par la République française. L’affaire de la mosquée terminée, on ne peut pas dire que cette nouvelle équipe fasse preuve d’un grand sens politique ou d’une capacité à se concentrer sur les urgences du moment, comme les vaccinations.

Lisez les articles de la section Politique,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle
Résultats législatifs

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr