Lors de la 11ème étape de l’édition 2022, les coureurs terminent leur journée avec le terrible Col du Granon, qui n’a plus été gravi par la Grande Boucle depuis 1986.

Il n’y a pas de débuts sur le Tour de France mais c’est juste comme ça. Alors que l’édition 2022 ne propose qu’une nouvelle difficulté jamais gravie (le col de Spandelles lors de la 18e étape entre Lourdes et Hautacam), un invité surprise devrait être à l’honneur : le col du Granon. Un monstre de piste qui achèvera la 11e étape de Briançon à la veille de la fête nationale le 13 juillet.

Grimpé une seule fois en 1986, lorsque Bernard Hinault avait donné sa tunique jaune à Greg Lemond, il avait depuis été rangé . Vingt-six ans plus tard, le peloton le retrouve, avec un grand (dés) plaisir. Et il a tout, comme le col de la Loze en 2020, pour marquer l’ambiance de cette édition en 2022.

Ne serait-ce que parce que sa pente inspire déjà de profil : 11,3 km avec 9,2%, la pente moyenne la plus importante de cette édition . « Le Col du Granon est très dur. C’est très beau, c’est une belle montée régulière, mais régulièrement dure. Il n’y a même pas de courbe où la pente s’atténue un peu. Il est en moyenne de 9,2 % avec des passages à 10 % », commence notre consultant Laurent Jalabert.

Le profil du Col du Granon, qui sera gravi lors de la 11e étape du Tour de France 2022. (ASO)

Les passages les moins raides sont au pied, et pourtant ils ne sont jamais en dessous de… 8%. “Le pied roule le plus, alors vous arrivez à des endroits qui sont régulièrement durs.” Le profil le confirme : il n’y aura pas de répit pour les coureurs ce jour-là. Le col du Granon culmine à 2 413 mètres, objectif le plus haut de cette édition, et cultive une ressemblance avec un autre géant de Provence : « Quand on sort à 4-5 kilomètres du sommet, on est complètement découvert, il n’y a plus de végétation. Ça explose souvent là pour pouvoir jouer le dernier rôle. Ça peut aider à creuser les écarts pour les forts et à perdre encore plus de temps pour les difficiles », révèle Laurent Jalabert.

Toujours à la recherche de nouveautés Pour pimenter ses parcours, l’équipe de Christian Prudhomme et Thierry Gouvenou est partie à la recherche de ce géant oublié pour en faire l’un des temps forts de son édition 2022, 2018 après neuf ans d’absence, ou encore le Col de la Loze, une trouvaille du Tour 2020.

Mais il aurait été trop beau de l’introduire seul : les organisateurs l’ont arrosé juste avant le Col du Télégraphe (11,9 km avec 7,1%) et le Col du Galibier (17,7 km avec 6,9%) soit près de 30 kilomètres montée pour attaquer les organismes nécessaires à cette première étape de haute montagne. « A la Super Planche des Belles Filles (7ème étape) on saura qui ne gagnera pas le Tour, ce qui jusque-là était une illusion pas si forte. En revanche, le Col du Granon pourrait nous dire qui « sera le futur vainqueur”, observe notre conseiller.

D’autant qu’une ascension réussie du Col du Granon, situé près de Serre-Chevalier, ne présage pas tout à fait d’un Tour de France réussi, tant le lendemain est aussi vertigineux “Comme un bonus il y a encore une grosse étape le lendemain avec le Galibier de l’autre côté et la Croix de Fer, qui est un gros col”, prévient Jalabert.

Le profil de la 11e étape du Tour de France 2022, qui se terminera au Col du Granon. (ASO)

Alors que le peloton avec les arrivées à Châtel (Suisse) aura passé deux étapes en hors-d’œuvre dans les Alpes, Megève, qui n’aura pas forcément déclenché la grande explication, peine à imaginer il y a une bataille sans merci entre les favoris lors de cette période 11ème étape. « Ce sera une conclusion très, très importante pour le maillot jaune. Nous devrions voir une explication entre les gens forts, car c’est à cela que le sol est vraiment fait. C’est une arrivée tellement exigeante qu’il n’y aura aucun endroit où se cacher », conclut Laurent Jalaber.

la pluie battante. Pour le même scénario en 2022 avec le Granon comme théâtre ?

Tour de France Hommes 2022 : « Le Tour peut se gagner à certaines étapes, mais se perdre tous les jours », prévient Christian Prudhomme, directeur de la Grande Boucle

Tour de France et dopage : le nombre et « le qualité les contrôles sont revenus au niveau précédent”, assure Christian Prudhomme

Paris-Roubaix – Christian Prudhomme : ” Il serait inconcevable que ce ne soit pas Paris-Roubaix pour la deuxième fois ”

Chaque jour Franceinfo sélectionne des contenus issus de sources européennes médias audiovisuels publics membres de l’Eurovision. Ce contenu est publié en anglais ou en français.

Ref: https://www.francetvinfo.fr