Par

AFP

le 8 octobre 2021 à 16h15

Lire pendant 2 minutes

Les États de l’UE ont donné vendredi leur feu vert pour interdire le colorant E171 (dioxyde de titane) en tant qu’additif alimentaire à partir de 2022 après que sa sécurité a été mise en doute par le régulateur européen.

E171, composé de particules de dioxyde de titane dans sous forme de poudre, est utilisé dans de nombreux aliments – confiseries, chewing-gums, pâtisseries, soupes ou plats cuisinés – en raison de ses propriétés colorantes (pigments blancs) et opaques.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a estimé au début de Que l’E171 était un additif alimentaire ne peut plus être considéré comme “sûr” car si l’apport de particules de dioxyde de titane est faible, “elles peuvent s’accumuler dans l’organisme”.

L’autorité de régulation, qui a réalisé son étude pour le compte de Bruxelles, avait donc la “Génotoxicité” du composant, c’est-à-dire que sa capacité à endommager l’ADN, le matériel génétique des cellules, ne peut être exclue.

La Commission européenne a proposé cela r interdire le E171 dans l’alimentation à travers l’Union, un projet approuvé par les représentants des Vingt-sept vendredi, a indiqué l’exécutif européen dans un communiqué.

Sauf si le Conseil (l’institution représentant les pays) ou par l’Union européenne Parlement, le texte “Début 2022” entrera en vigueur, avec une période transitoire de six mois au terme de laquelle s’appliquera l’interdiction d’usage dans l’ensemble de l’alimentation.

L’industrie pharmaceutique, qui utilise également le colorant Le E171 dans la fabrication de produits pharmaceutiques n’est pas initialement touché par l’interdiction afin d’éviter “une pénurie” de produits médicaux.

Le feu vert des États membres est “le dernier clou dans le cercueil du dioxyde de titane en tant qu’aliment additif », précise Camille Perrin, responsable du Bureau européen des associations de consommateurs (Beuc).

« Dans la plupart des pays européens, le E171 était déjà largement fin a disparu de la composition des aliments, mais on en retrouvait encore dans certains chewing-gums, bonbons et décorations de gâteaux”, a-t-elle observé.

” L’impasse a été longue, trop longue pour cette interdiction en 2020 de l’additif E171 dans notre alimentation en France et maintenant à réaliser dans toute l’Europe, mais c’est une victoire importante pour notre santé », a déclaré Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France dans un communiqué conjoint avec Agir pour l’Environnement.

Le Conseil supérieur de la santé belge considère le titane dioxyde de carbone comme « cancérigène possible », et la France l’a interdit comme additif alimentaire l’année dernière en raison des nanoparticules qu’il contient. Des chercheurs avaient découvert qu’il pouvait provoquer des lésions précancéreuses chez le rat.

Le combat des associations contre le dioxyde de titane sous forme de nanoparticules n’est pas encore terminé.

“Nous sommes également exposés au dioxyde de titane par le biais de produits cosmétiques dont certains sont susceptibles d’être ingérés, comme le rouge à lèvres, le dentifrice… et par le biais de médicaments. La logique veut que cette interdiction soit étendue à ces deux familles de produits, ” a déclaré à l’AFP Olivier Andrault, responsable alimentation de l’association française UFC-Que Choisir.

En cliquant sur « Je m’abonne », vous consentez à ce que Sciences et Avenir utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter. Vous confirmez avoir pris connaissance de nos Conditions Générales d’Utilisation et de notre Politique de Confidentialité, qui vous informent sur les modalités de traitement de vos données et les possibilités d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription ou en nous contactant à [email protected] contacter

En cliquant sur « Je m’abonne », vous consentez à ce que Sciences et Avenir utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter. Vous confirmez avoir pris connaissance de nos Conditions Générales d’Utilisation et de notre Politique de Confidentialité, qui vous informent sur les modalités de traitement de vos données et les possibilités d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription ou en nous contactant à [email protected] contacter

Si vous souhaitez modifier vos centres d’intérêt, vous pouvez toujours cliquer sur le lien Notifications situé en bas de toutes les pages du site.

Ref: https://www.sciencesetavenir.fr