Suite à l’annonce jeudi du président Emmanuel Macron que la présence militaire française dans la région du Sahel serait réduite, la ministre des Armées Florence Parly a dévoilé la “neutralisation” “Samedi dernier à propos d’un homme qui était au centre de l’enlèvement et de la mort subséquente de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, qui ont eu lieu le 11 septembre. Novembre 2013 à Kidal dans le nord du Mali a été condamné “

“Le 5 Le 6 juin, les soldats de Barkhane ont découvert la préparation d’un attentat terroriste à Aguelhok dans le nord du Mali, « contre un point d’arrêt de l’ONU, et « ont éliminé quatre terroristes, » dont « Baye Ag Bakabo, cadre d’AQMI et responsable de l’enlèvement de nos concitoyens, “elle a dit

“La neutralisation met fin à la longue attente”, a commenté la ministre et adressé ses “pensées aux familles et proches” des deux journalistes. Les militaires ne l’ont identifié qu’après l’attaque, a annoncé le ministère fédéral de la Défense et indiqué qu’il était ” venu du ciel ” sans plus de détails

Sur 2 novembre 2013, les deux 57 et Français de 55 ans enlevé par Radio France Internationale (RFI) lors d’un reportage puis tué quelques mois après l’opération française Serval, qui menaçait une colonne armée de jihadistes de la capture de Bamako

Le 6 Novembre Aqmi a avoué son meurtre, mais les circonstances exactes de sa mort n’ont jamais été clarifiées

Le mois dernier, ses proches ont appelé à un “débat public au parlement” sur le “secret de la défense”, entravant l’enquête sur l’affaire. Peu de temps auparavant, l’ancienne rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, lui avait ” vive inquiétude face à l’insuffisance de la justice ” et a déploré l’absence de mandat d’arrêt international malgré l’identification des suspects ” depuis plusieurs années ” et ” le manque de coopération ” entre les autorités françaises et maliennes ”

Vendredi, France Médias Monde, la maison-mère de RFI, a pris acte de l’information et a indiqué qu’elle attendait une enquête “pour éclaircir pleinement les circonstances entourant le drame et arrêter tous les membres restants” du commandement et de leurs éventuels complices afin qu’ils puissent être jugés ”

A LIRE AUSSI : Mali : la CEDEAO et le colonel Assimi Goïta sous pression de Macron

“Les attentes de justice pour les proches des journalistes demeurent ainsi que des zones d’ombre”, a déclaré l’organisation Reporters sans frontières (RSF)

JA News – Un leader du groupe Al-Qaïda tué par la France au Mali – YECLOcom

Ref.: https://www.ivoiresoir.net/un-chef-du-groupe-al-qaida-tue-au-mali-par-la-france/