Par

Joël ignasse

8 octobre 2021 à 16h25

3 minutes de lecture

Le ciel sera favorable et le temps sera clément pour profiter de quelques étoiles filantes avant l’hiver.

Le nombre d’étoiles filantes potentiellement visibles se situe pendant l’épisode Draconid, dont le point culminant cette année est la nuit est attendu du 8 au 9 octobre 2021, pas très élevé. Cependant, on peut compter une dizaine de phénomènes observables par heure. Ce qui fait que les aventuriers s’aventurent à l’extérieur ce soir, d’autant que, selon Météo France, une grande partie de la zone métropolitaine sera sans nuages ​​et les températures resteront relativement douces.

Les draconides sont des poussières de la comète 21P / Giacobini-Zinner , que tous les six ans et demi passent près de la terre. Elle a été découverte en 1900 par Michel Giacobini à l’observatoire de Nice et redécouverte deux révolutions plus tard par l’astronome allemand Ernst Zinner. Lorsque la terre traverse cet essaim de poussière, quelques étoiles filantes illuminent le ciel, mais parfois le phénomène est bien plus spectaculaire : en 1933 des milliers d’étoiles filantes pouvaient être observées par heure, et en 2011 pas loin de 600/h La fréquence devient évident avec 5 à 10 étoiles par heure s’avèrent plus faibles. C’est peu après le coucher du soleil au nord et en fonction de la constellation du Dragon (à côté de la Petite Ourse) qu’il faudra les voir.

Il n’est question d’aucun instrument pour scruter le ciel : les yeux assez pour admirer les étoiles filantes. En fait, c’est l’outil le plus adéquat car ils fournissent à eux seuls une vue grand angle qui permet d’observer une grande partie du ciel. Avec beaucoup de chance, il est même possible de voir deux étoiles filantes en même temps. Ou même plus ! Afin d’observer des planètes, des constellations ou d’autres étoiles, cependant, il est préférable d’emporter un télescope ou des jumelles avec vous.

Lorsque les étoiles filantes brûlent dans l’atmosphère sans laisser de trace, d’autres particules cométaires plus grosses atteignent la surface de la terre, ils sont appelés micrométéorites et peuvent être utilisés par les scientifiques pour être collectés. La plupart sont collectés dans la glace de l’Antarctique ou dans les sédiments du fond océanique, où ils peuvent être plus facilement identifiés. Une étude réalisée en 2021 a révélé que le flux annuel total de micrométéorites (qui inclut également la contribution de la poussière de météorite) est d’environ 5 200 tonnes par an ! Ce poste représente la principale source de matériel extraterrestre car les grosses météorites ne représentent que quelques dizaines de tonnes par an.

Étoiles filantes

En cliquant sur « Je m’abonne », vous consentez à ce que Sciences et Avenir utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter. Vous confirmez avoir pris connaissance de nos Conditions Générales d’Utilisation et de notre Politique de Confidentialité, qui vous informent sur les modalités de traitement de vos données et les possibilités d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription ou en nous contactant à [email protected] contacter

En cliquant sur « Je m’abonne », vous consentez à ce que Sciences et Avenir utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter. Vous confirmez avoir pris connaissance de nos Conditions Générales d’Utilisation et de notre Politique de Confidentialité, qui vous informent sur les modalités de traitement de vos données et les possibilités d’exercer vos droits sur ces données. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription ou en nous contactant à [email protected] contacter

Si vous souhaitez modifier vos centres d’intérêt, vous pouvez toujours cliquer sur le lien Notifications situé en bas de toutes les pages du site.

Ref: https://www.sciencesetavenir.fr