Science et avenir

Découvrir

Des expositions

Par

Mathieu Nowak

le 29 mai 2021 à 8h

6 min de lecture

Le musée Carnavalet ne nie pas ce qui le rend si séduisant: un aperçu de l’histoire de la capitale et des plus majestueux salons parisiens entre les XVIIe et XIXe siècles. Cependant, la rénovation complète laisse également plus d’espace pour les débuts de la ville. Visite de ces premières salles, qui valent le détour.

Enfin! Les amateurs d’histoire de France en général, et de Paris en particulier, trouveront l’un des musées les plus emblématiques de la ville de Paris, le musée Carnavalet, fermé pour rénovation depuis plus de quatre ans.

La toute nouvelle scénographie est désormais chronologique et présente les collections de la préhistoire à l’incendie de Notre Dame. Environ 3 800 œuvres sont présentées au public, tous médias confondus – notamment l’arrivée de photographies qui n’ont pas encore été accrochées. De cela, choix original, environ un dixième à la taille d’un enfant. Objectif: L’excursion peut être familiale, avec différents niveaux de lecture sur les étiquettes et les panneaux. Si l’essentiel de la collection est consacrée aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, le nouvel itinéraire a permis d’élargir la section sur la préhistoire et d’introduire pour la première fois deux salles dédiées au Moyen Âge. Ces nouvelles pièces du sous-sol amorcent le parcours chronologique. «Nous voulions qu’ils soient plus pédagogiques et orientés objet», explique Sylvie Robin, conservatrice en chef du patrimoine culturel. Et surtout, nous avons commencé les fouilles pour montrer que le musée est aussi le reflet de l’archéologie actuelle. “Une sélection qui commence par la première fenêtre. Elle montre les objets qui ont permis pour la première fois de témoigner d’une présence humaine au Moyen Âge de la Pierre (-9000 à -5000 ans) dans le Paris” intra-muros “d’aujourd’hui. Ce sont des objets qui ont été fouillés ont été découverts en 2008 par l’Inrap au sud-ouest de Paris (à proximité de l’hélisurface actuel).

En particulier, du silex taillé pour servir de garniture aux flèches. “L’ensemble montre que les chasseurs et cueilleurs de l’époque leurs outils fait, chassé et édité leur gibier en un seul endroit », explique Sylvie Robin. On y découvre également un fac-similé d’un fragment de mâchoire. L’original est en cours d’étude au Département d’anthropologie de l’Université Paris Nanterre. La trace d’un enterrement là-bas ? D’un funéraire lointain, mais ému par des animaux sauvages? Nous n’avons pas encore de réponse.

La deuxième fouille présentée est plus ancienne, elle remonte aux années 1990 Il y a des années lors de la démolition du marché aux vins du quartier de Bercy. Cette fois, il a mis au jour des traces de l’âge néolithique, dont une pirogue en chêne entièrement reconstruite, alors que le musée n’a jusqu’à présent proposé que des fragments. Mais aussi la plus grande arche d’if jamais trouvée en Europe. Une introduction aux objets qui témoignent de l’installation du peuple gaulois des Parisii sur les bords de Seine entre Paris et l’actuel département de Seine-et-Marne. Puis à partir de l’arrivée romaine. La fouille d’une tombe réalisée dans les années 1970 à proximité du jardin du Luxembourg a donc permis de l’attribuer à une épingle caractéristique des instruments romains, grâce aux caractéristiques des deux cultures et à une boucle de ceinture avec un soldat gaulois au service de l’armée romaine / p> Viennent ensuite les vestiges de la Lutèce gallo-romaine et, en particulier, les blocs façonnés qui ornaient les arènes ou le forum. Des blocs qui ont été réutilisés pour certains plus tard pour servir de sarcophages après avoir été fouillés! Quelques exemples de réutilisation sont présentés ici. Notamment pour une tombe apparue dans les collections mais jamais ouverte. Cela a été fait lors des travaux de restauration. Sous dix centimètres de terre se trouvait le squelette d’un homme entre 40 et 60 ans, actuellement en cours d’analyse et dont le musée Carnavalet présente une reproduction.

En plus de ces vestiges importants de deux nécropoles examinées en Paris, un élément étonnant de l’intérieur. «Il s’agit d’une fresque du IIe siècle qui a été découverte rue de l’Abbé de l’Epée [aujourd’hui dans le Val-de-Grâce]», explique Sylvie Robin. Exemple typique de décor “à la romaine” représentant un faux, il est intéressant que sa modification montre qu’il ornait l’intérieur d’une maison abandonnée mais restée longtemps. Siècle. “

Voilà pour la préhistoire et l’antiquité. Seulement trois salles, mais comme le reste du musée, extrêmement étroites et peut-être frustrantes en raison du manque de détails sur l’histoire des objets exposés et l’histoire qu’ils racontent. Ils se termine par la nouvelle salle Dédiée au Moyen Âge. Il existe un modèle exceptionnel de l’Ile de la Cité dans le Paris médiéval, reflétant une densité de bâtiments inimaginable aujourd’hui. Lors de la démolition de la plupart des bâtiments, Haussmann s’est assuré de conserver les éléments de toute disparition. église, certains d’entre eux sont montrés ici.

A côté d’eux se trouvent d’étonnants panneaux avec des sarcophages sculptés. Ils proviennent de la nécropole royale de l’abbaye de Saint Germain-des-Près, découverte lors de fouilles il y a dix ans. celles menées au XIXe siècle se sont prolongées “, explique Sylvie Robin. Comme si vous vouliez afficher le long temps de recherche. Pour en savoir plus sur le Paris médiéval, il faut se rendre au Mu Quittez le seum pour vous rendre à la crypte archéologique sous le parvis de Notre-Dame ou au musée médiéval de Cluny. Au musée Carnavalet, cependant, la visite ne fait que commencer. Le cœur des collections entièrement restauré a été entièrement restauré et vous invite à un autre voyage du XVIIe siècle à la Belle Epoque sur la Révolution française, bénéficiant ici de témoignages historiques inégalés.

Trois villas pour un musée Le musée Carnavalet, le plus ancien musée de la ville de Paris, est situé au cœur du Marais et porte le nom de l’Hôtel Carnavalet, reconverti par Mansart en 1548. Il fut habité par Madame de Sévigné pendant 20 ans et finalement acquis par le baron Haussmann en 1866 pour en faire un musée dédié à l’histoire de la ville. Une façon de se souvenir de tout ce que votre travail a conduit à un vol. En outre, un certain nombre de décorations intérieures ont été données à l’hôtel Carnavalet directement à partir de villas condamnées. Des façades de bâtiments détruits ornent également les extensions du musée du XIXe siècle. Le musée s’est rapidement rétréci et agrandi avec l’annexion de l’hôtel particulier voisin et en 1989 un troisième hôtel particulier, celui du Peletier de Saint-Fargeau. Comme celui-ci est séparé des autres bâtiments par le lycée Victor Hugo, une passerelle au-dessus de l’entrée relie le tout. L’espace d’exposition couvre désormais un total de 3 900 m2.

Paris
musée
l’histoire

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Sciencesetavenir .fr écrire

Votre adresse sera utilisée pour envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en contactant abonnements @ Sciencesetavenir écrire .fr

Ref: https://www.sciencesetavenir.fr