Le constructeur automobile suédois Volvo rappelle plus de 460 000 voitures dans le monde en raison du risque qu’un composant des airbags se brise en fragments métalliques, ce qui a fait au moins un décès, a indiqué la société.

Volvo rappelle près de 260 000 voitures aux États-Unis, a déclaré la société à la National Highway Traffic Safety Administration dans une lettre datée de lundi.

“Le gonfleur de l’airbag du conducteur peut exploser pendant le déploiement, en raison de la dégradation du propulseur survenant après une exposition à long terme à une humidité absolue élevée, à des températures élevées et à des cycles de température élevés”, a écrit la société au régulateur.

“Une explosion de gonfleur peut entraîner des fragments de métal tranchants frappant le conducteur ou d’autres occupants, entraînant des blessures graves ou la mort”, poursuit la lettre.

Le rappel s’applique à deux modèles : la voiture S80 produite entre 2001 et 2006, et les véhicules S60 produits entre 2001 et 2009.

Et dans un rapport de rappel de sécurité soumis à la NHTSA, Volvo a informé l’agence qu’elle était au courant d’au moins un incident au cours duquel une personne est décédée.

Le défaut à l’origine du rappel est similaire à celui des gonfleurs de sacs gonflables produits par la société japonaise Takata Corporation.

Au cours de la dernière décennie, plus de 67 millions de gonfleurs d’airbags Takata ont été rappelés aux États-Unis, car les gonfleurs peuvent envoyer des fragments de métal mortels voler dans de rares cas. C’est le plus grand rappel de sécurité automobile de tous les temps.

Il y a eu au moins 37 décès dans le monde, dont 19 aux États-Unis prétendument liés aux gonfleurs Takata, et plus de 400 blessés.

Le mois dernier, la NHTSA a ouvert une nouvelle enquête sur quelque 30 millions de voitures construites par plus de 20 constructeurs automobiles avec des gonfleurs d’airbags Takata potentiellement défectueux.

On pense que des millions de voitures qui utilisent des composants d’airbag potentiellement mortels sont toujours sur la route malgré les efforts pour les supprimer.

Ref: https://nypost.com