L’assaillant de Conflans, un réfugié tchétchène de 18 ans «qui ne parlait pas beaucoup»

Cynthia Fleury : «La vraie politique se nourrit de la sublimation du ressentiment et non du ressentiment lui-même» Abonnés

Michaël Foessel : «Le couvre-feu renvoie à la défiance que le pouvoir politique entretient avec la nuit» Abonnés

Affaire Elisa Pilarski : pourquoi les résultats des prélèvements ADN effectués sur les chiens ne sont toujours pas connus ? Abonnés

Un groupe jihadiste a-t-il organisé un festin en l’honneur des prisonniers échangés contre les otages au Mali ? Abonnés

Qui était Abdoullakh Abouyezidovitch A., 18 ans, l’assaillant de Samuel Paty, cet enseignant d’histoire-géographie retrouvé décapité vendredi après-midi rue du Bois-Moineau à Eragny (Val-d’Oise), à quelques centaines de mètres du collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) où il enseignait? Si l’enquête, menée sous l’égide du Parquet national antiterroriste (Pnat), ne fait que commencer, le procureur Jean-François Ricard a d’ores et déjà exposé, lors d’une conférence de presse tenue ce samedi, de nombreux éléments factuels. Rappelant en préambule le contexte tout particulier dans lequel s’est déroulée l’attaque: le «second [crime terroriste] commis pendant que se déroulent les procès des attentats du mois de janvier 2015».

Né le 12 mars 2002 à Moscou, d’origine tchétchène, Abdoullakh A. «bénéficiait du statut de réfugié et demeurait à Evreux, dans l’Eure», a indiqué Jean-François Ricard. Connu de la police pour des faits de droits commun – «des affaires de dégradation de bien public et de violences en réunion alors qu’il était encore mineur» –, il n’avait jamais fait l’objet d’une condamnation, ni attiré l’attention des services de renseignement.

A lire aussi A Conflans, «comment un gamin de 18 ans en arrive à commettre un tel acte barbare ?»

Lorsque les policiers de la brigade anticriminalité de Conflans, avertis par les policiers municipaux d’Eragny après la découverte du corps de Samuel Paty, ont tenté d’interpeller le jeune homme, celui-ci a «couru dans leur direction en tirant à cinq reprises avec une arme de poing», avant d’être lui-même abattu, atteint de «neuf impacts», a détaillé le procureur. Sur son corps et à proximité, outre un permis de séjour datant du 4 mars dernier, ont été retrouvés un poignard, «une arme de poing de type airsoft», ainsi qu’un téléphone. Dans celui-ci, les enquêteurs ont d’ores et déjà retrouvé une photo de l’enseignant décédé, «horodatée à 16h57», et le texte de la revendication postée sur Twitter immédiatement après le meurtre par le compte @Tchétchène_270 : «De Abdullah, le serviteur d’Allah, à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad [Mahomet, ndlr].»

Samedi après-midi devant le domicile de l’assaillant dans le quartier de la madeleine à Evreux. Photo Victor Rival-Garcia pour Libération

Ce samedi, dans le quartier de la Madeleine à Evreux, où réside sa famille, c’était l’incompréhension qui dominait. Une ancienne camarade de classe, qui loge dans un immeuble voisin de celui de ses parents, évoque ainsi un garçon «discret, qui ne parlait pas beaucoup, et traînait surtout avec des garçons de son âge. Il ne parlait pas vraiment aux filles». «Choquée» en apprenant les événements de la veille, elle a côtoyé l’assaillant dès l’école primaire de la Forêt, et surtout au collège Pablo-Neruda, où il a poursuivi son cursus scolaire. En classe, elle se souvient qu’il «aimait faire rire la galerie. Il n’avait pas envie de bosser». La dernière fois qu’elle l’a vu, «il aidait son père à ramasser les courses. C’était quelqu’un de normal. Je ne comprends pas pourquoi il a fait ça».

Dans l’une des allées qui jouxtent l’ensemble Peyresourde, où loge la famille de l’assaillant, Sophia raconte le Abdoullakh A. qu’elle connaissait : «Un gars très respecté. Il a des amis, mais je le voyais souvent seul, à faire des allers-retours [au quartier]. Il a une tête de personne énervée. C’est quelqu’un qui impressionne quand on le voit, qui s’est déjà battu.» La jeune fille de 18 ans, qui habite dans l’immeuble voisin de celui de la famille, assure aussi qu’il était «très serviable, toujours là pour sa famille» : «Dès que j’avais un problème avec un de ses petits frères lorsqu’ils faisaient le bazar, il les engueulait.»

Selon les premiers témoignages recueillis par les enquêteurs, vendredi, Abdoullakh A. «se trouvait devant le collège durant l’après-midi et avait sollicité des élèves afin de lui désigner la future victime», a indiqué Jean-François Ricard lors de sa conférence de presse. Samuel Paty, 47 ans, rentrait chez lui depuis le collège du Bois-d’Aulne de Conflans quand il a été attaqué avec un couteau de 35 cm de long, retrouvé «à une trentaine de mètres du lieu du crime». Son corps présentait «de multiples plaies à la tête, aux membres supérieurs et à l’abdomen», et il avait été décapité. 

Les investigations vont désormais se poursuivre pour déterminer le déroulement exact de l’attaque et l’emploi du temps de l’assaillant pendant les jours qui ont précédé. Il s’agira aussi d’«établir l’implication des personnes gardées à vue, ainsi que de toute autre personne complice ou impliquée, à un titre ou à un autre, dans les faits». Pour l’heure, neuf personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, dont quatre membres de la famille de l’assaillant.

17.10.20

Un professeur de collège qui aurait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet a été tué à l’arme blanche vendredi dans le Val-d’Oise. Son assaillant a été abattu par la police. Le parquet antiterroriste est saisi.

18.10.20

Après un cours sur la liberté de la presse ayant suscité l’inquiétude de certains parents d’élèves, Samuel Paty avait fait l’objet d’une campagne publique, appelant à son renvoi, par un père soutenu par des réseaux islamistes. Récit d’un emballement qui pourrait avoir mené à sa mort.

17.10.20

Au quartier de la Madeleine, où réside la famille du meurtrier de Samuel Paty, l’incompréhension règne au lendemain des faits. Beaucoup de résidents ne connaissaient que très peu l’assaillant et sa famille.

17.10.20

Entre sidération et colère, plusieurs centaines de personnes, dont de nombreux enseignants, se sont rassemblées devant le collège où exerçait Samuel Paty, dénonçant un abandon de ses troupes par l’Education nationale.

17.10.20

Dans des interviews filmées le 12 octobre, l’homme, qui peuple les notes des services de renseignement depuis les années 1990, réclamait la «suspension immédiate» de Samuel Paty, l’enseignant d’histoire-géographie assassiné vendredi. Il a été placé en garde à vue.

17.10.20

A Conflans, des parents et des élèves de Samuel Paty rendent hommage à l’enseignant assassiné et décrivent un professeur très investi cherchant à développer le jugement critique de ses élèves.

17.10.20

«Libération» a pu consulter une note du renseignement territorial des Yvelines du 12 octobre. Elle établit une chronologie précise des événements depuis le 5 octobre, et le cours durant lequel Samuel Paty a montré une caricature de Mahomet à des élèves de 4e.

17.10.20

Deux semaines après avoir présenté sa stratégie contre le «séparatisme», le chef de l’Etat est pressé d’agir après l’assassinat du professeur de Conflans. Un acte qu’il a immédiatement qualifié d’«attentat terroriste islamiste caractérisé».

16.10.20

Le Premier ministre devrait annoncer samedi (1) que le coup de pouce aux personnes précaires et modestes bénéficiera aussi aux jeunes. Une série d’autres mesures pour renforcer la lutte contre la pauvreté sont attendues à l’occasion de la Journée mondiale du refus de la misère.

17.10.20

L’école, vendredi soir, a été frappée au cœur. Et il n’y a aucune question à se poser: il faut plus que jamais l’aimer, la choyer, la protéger. Et oui, il…

Profitez du journal du jour en version numérique et du journal du lendemain avant tout le monde

Source: https://www.liberation.fr/france/2020/10/17/l-assaillant-de-conflans-un-refugie-tchetchene-de-18-ans-qui-ne-parlait-pas-beaucoup_1802716

Tchétchène,tchetchene

JA News – FR – L’assaillant de Conflans, un réfugié tchétchène de 18 ans «qui ne parlait pas beaucoup»