Loi sécurité globale : «Venir ici avec la peur au ventre, c’est triste pour la démocratie»

Loi sécurité globale : «Venir ici avec la peur au ventre, c’est triste pour la démocratie»

Serge Haroche : «Quand on cherche ce qu’on ne connaît pas, on va entrevoir des choses inattendues» Abonnés

Confinement : «Certains chasseurs ne viennent pas chasser pour manger mais pour le plaisir de tuer» Abonnés

Que sait-on de la scène montrant un policier en civil pousser un homme lors de la manif contre la loi de «sécurité globale» ? Abonnés

Qu’est-ce que Réinfo Covid, ce collectif qui veut «résister» face à la gestion de l’épidémie par le gouvernement ? Abonnés

«Loi de sécurité globale : police sans contrôle, population sous contrôle», «Police floutée, peuple en danger», «Cachez ces violences policières que je ne saurais voir»… Les slogans dessinés sur des pancartes ne manquaient pas, samedi après-midi, sur la place du Trocadéro, à Paris, pour dénoncer la proposition de loi sur la «sécurité globale». Des milliers de manifestants côtoyaient gilets jaunes, associations de défense des droits de l’homme, collectifs écolos, et syndicats de journalistes dans un même but : s’opposer fermement à un texte qualifié de «liberticide».

Notamment son article 24, qui réprime la diffusion de l’image d’un policier si elle a pour «but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique», voté hier par l’Assemblée nationale. «Pas vu, pas pris», mentionne une autre pancarte, illustrée par le visage flouté d’un policier et tenue par une jeune étudiante flippée. «J’ai beaucoup hésité à venir car j’ai peur des violences, ça me fait beaucoup de peine», explique Nina Wittner, 21 ans.

Un sentiment partagé par beaucoup de jeunes présents. «Venir ici avec la peur au ventre, c’est triste pour la démocratie», se désole Stéphanie Roulin, une tatoueuse de 23 ans. Mais on y est obligés, pour nos droits : une fois que tous les articles seront votés, ce sera trop tard, c’est maintenant qu’il faut agir». Elle dénonce un texte «pipeau». «Ma mère est policière, des lois pour protéger la vie privée des policiers, il en existe déjà», tonne la jeune femme.

«Plus d’images, plus de preuves : finalement cette loi c’est une manière de faire disparaître la répression policière, parce que sans images elle n’existe plus», estime Nicolas Borderieux, un étudiant infirmier de 25 ans. «La loi est tellement mal foutue que sur le terrain, les policiers empêcheront de filmer», appuie Sylvie Boitel, membre de la Ligue des droits de l’homme (LDH). «Déjà qu’à l’heure actuelle, on menace de jeter nos téléphones par terre, alors si en plus ils ont la loi avec eux…», s’inquiète Charlotte, 26 ans. Qui regrette que cette mobilisation «n’empêchera probablement pas le gouvernement de voter le texte». Pour elle, «la moindre des choses est de s’y opposer : quand on ne pourra plus rien dire, ils auront gagné.»

A lire aussi Les journalistes dans la rue pour demander le retrait de la loi sécurité globale

Documenter les violences en manifestation, c’est un combat que connaissent bien les gilets jaunes, venus par centaines samedi. «Sans les vidéos, personne n’aurait jamais su ce qu’il se passait lors des cortèges, les exactions de la police, on aurait jamais pu se défendre», affirme Eliane, 69 ans, militante en gilet jaune «depuis le premier jour». «Je ne comprends même pas qu’on ne soit pas tous dans la rue, c’est une situation dramatique pour nos droits», s’exclame-t-elle.

Des mouvements de diverses luttes se sont d’ailleurs mobilisés pour s’opposer à la proposition de loi. «Tout le monde peut filmer la police» ou «Censure policière, dérive autoritaire», scandaient par exemple les militantes féministes de Collage Féminicide Paris. «Cette loi nous met à genoux !» criait quant à elle Pauline Boyer, du mouvement écologiste Alternatiba, invitant les milliers de manifestants à s’agenouiller volontairement sur la place du Trocadéro, en clin d’œil à la posture désormais mondialement connue du footballeur américain noir Colin Kaepernick. «En tant qu’écolos, on fait toujours en sorte, dans nos actions, qu’il y ait des médias pour que tout soit filmé et limiter la violence. Sans cela, j’ai peur qu’on soit encore moins protégés», affirme Léna Lazare, étudiante, en rappelant que la vidéo du gazage de militants écolos sur le pont de Sully avait fait le tour du monde. 

«La police is watching you», lit-on aussi sur une pancarte, en référence au roman 1984 de George Orwell. «La dystopie orwelienne n’est pas loin», ironise Robin, 26 ans, sans emploi. Au-delà de l’article 24, le plus décrié, il dénonce la «surveillance de masse» que permettrait cette loi, en autorisant l’utilisation de drones pour observer la voie publique. Anna Turlet, une étudiante de 21 ans, s’inquiète de son côté de l’article 21 de la proposition : «Avec l’utilisation des images des caméras piéton, et en limitant celles des manifestants, la police sera la seule à pouvoir informer.» Le texte a même précipité de nouveaux protestataires dans la rue : Amande, une jeune fille de 18 ans confie : «Je ne vais jamais en manifestation, mais là, j’ai l’impression qu’on m’a coupé toutes mes libertés d’un coup.»

En début de soirée, des heurts ont éclaté avec les forces de l’ordre, entraînant plusieurs interpellations. Le canon à eau a été utilisé pour disperser une poignée de manifestants en train d’incendier des poubelles. Une soixantaine de journalistes ont en outre été nassés au centre de la place du Trocadéro, à l’écart d’une autre nasse, encerclant, elle, des personnes issues du cortège.  

21.11.20

Les médias s’élèvent contre l’interdiction de diffuser l’image d’un policier si elle a pour but «manifeste» d’attenter «à l’intégrité physique ou psychique», votée vendredi à l’Assemblée.

18.11.20

Plusieurs reporters ont été intimidés, mardi soir, lors d’un rassemblement à Paris contre le projet de loi sécurité globale, et deux d’entre eux ont été interpellés. Le ministre de l’Intérieur a soutenu – à tort – que les journalistes devaient désormais «se rapprocher des autorités» pour couvrir les manifestations.

20.11.20

Le ministre de l’Intérieur se dit prêt à revenir sur l’article 24 pour garantir le travail des journalistes. Pour le sociologue Fabien Jobard, la protection des policiers, indiscutable, semble cacher une autre finalité : empêcher de documenter les manifestations.

20.11.20

Des internautes accusent un policier en civil d’être à l’origine d’un affrontement entre manifestants et forces de l’ordre. Le jeune homme a finalement été interpellé pour «outrage» et fait l’objet d’une «interdiction de paraître à Paris pendant six mois».

19.11.20

Au-delà des vives protestations sur le droit de filmer les forces de l’ordre, la proposition de loi prévoit d’accroître considérablement les pouvoirs des policiers municipaux. Une volonté qui vient de loin et pose le risque d’importantes disparités, selon la sociologue Virginie Malochet.

20.11.20

L’Assemblée a adopté vendredi la disposition qui prévoit, désormais «sans préjudice du droit d’informer», de réprimer la diffusion de l’image d’un policier si elle a pour but «manifeste» d’attenter «à l’intégrité physique ou psychique». Une retouche imposée à Darmanin qui ne lève pas les doutes.

17.11.20

Alors que le texte est présenté en séance plénière à l’Assemblée nationale ce mardi 17 novembre, des représentants de l’ONU déplorent, dans une prise de position hautement symbolique, de potentielles atteintes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales.

18.11.20

Mercredi, lors de son point presse, le ministre de l’Intérieur a évoqué la nécessité pour les journalistes de se «rapprocher de la préfecture de police pour couvrir une manifestation», une disposition prévue selon lui dans le nouveau schéma national du maintien de l’ordre. Avant de rétropédaler devant leur indignation.

17.11.20

Loi «pour une sécurité globale», occupations d’universités, lutte contre le Covid-19 : les libertés publiques sont rognées dans de multiples domaines, constate l’avocat au Conseil d’Etat Patrice Spinosi qui appelle à la vigilance.

16.11.20

Loi «pour une sécurité globale», occupations d’universités, lutte contre le Covid-19 : les libertés publiques sont rognées dans de multiples domaines, constate l’avocat au Conseil d’Etat Patrice Spinosi, qui appelle à la vigilance.

Source: https://news.google.com/__i/rss/rd/articles/CBMiiQFodHRwczovL3d3dy5saWJlcmF0aW9uLmZyL2ZyYW5jZS8yMDIwLzExLzIxL2xvaS1zZWN1cml0ZS1nbG9iYWxlLXZlbmlyLWljaS1hdmVjLWxhLXBldXItYXUtdmVudHJlLWMtZXN0LXRyaXN0ZS1wb3VyLWxhLWRlbW9jcmF0aWVfMTgwNjMzNtIBkQFodHRwczovL3d3dy5saWJlcmF0aW9uLmZyL2FtcGh0bWwvZnJhbmNlLzIwMjAvMTEvMjEvbG9pLXNlY3VyaXRlLWdsb2JhbGUtdmVuaXItaWNpLWF2ZWMtbGEtcGV1ci1hdS12ZW50cmUtYy1lc3QtdHJpc3RlLXBvdXItbGEtZGVtb2NyYXRpZV8xODA2MzM2?oc=5

JA News – Loi sécurité globale : «Venir ici avec la peur au ventre, c’est triste pour la démocratie»