Procès Daval : Jonathann Daval condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de sa femme Alexia

Ce samedi, Jonathann Daval a été condamné par les assises de la Haute-Saône à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme survenu en octobre 2017. 

Les assises de la Haute-Saône ont rendu leur verdict. Jonathann Daval, 34 ans, a été condamné ce samedi 21 novembre 2020 à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia, qui s’est déroulé à leur domicile dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, sur fond de difficultés conjugales aiguës. 

A l’énoncé du verdict, rendu après environ deux heures et demi de délibéré, l’accusé est resté calme et impassible. Ce verdict est inférieur aux réquisitions de l’avocat général, qui avait réclamé dans la matinée la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de cet informaticien de 36 ans. 

A la sortie du tribunal, les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, ont salué “une très bonne décision”, c’est exactement ce que nous espérions, à la hauteur de notre souffrance…Si elle nous regarde là-haut, c’est juste pour elle ce combat” a déclaré la mère d’Alexia. “La justice a bien fait son travail”  a renchérit son père. 

ud83dudcac “Si elle nous regarde là-haut, c’est juste pour elle ce combat”u27a1 La famille d’Alexia Fouillot estime que la condamnation de Jonathann Daval est une “très bonne décision” pic.twitter.com/gFWylMfOFz

Me Ornella Sportafora, l’une des avocates de l’accusé, a confirmé “Nous ne ferons pas appel de cette décision”, précisant: Jonathann Daval “accepte également cette décision”. 

Avant la délibération des jurés, la semaine de ce procès ultra-médiatisé et à haute intensité émotionnelle s’est achevée ce samedi par les réquisitions des avocats, alors que Jonathann Daval s’était dit la veille prêt à “payer” pour son acte. “J’ai plus d’avenir (…) Je dois payer pour les actes que j’ai commis”, avait consenti vendredi ce trentenaire émacié aux allures de frêle adolescent, victime mercredi soir d’un malaise vagal en plein interrogatoire.

L’avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Jonathann Daval, auteur d’un “crime conjugal (…) presque parfait” contre sa femme Alexia au motif qu’elle voulait le quitter, les défenseurs de l’accusé mettant en garde contre une “boucherie judiciaire”. “J’en appelle à votre courage”, avait lancé Emmanuel Dupic aux jurés. “Du fait de la médiatisation de cette affaire, cette décision sera regardée”, a-t-il relevé, avant de requérir “la réclusion criminelle à perpétuité”, sans peine de sûreté, à l’encontre de Jonathann Daval, resté impassible à l’énoncé des réquisitions.Prenant le contre-pied du ministère public, Me Randall Schwerdorffer, l’un des avocats de l’accusé, avait plaidé un meurtre “pas prémédité, pas réfléchi”. “C’est ce qu’on appelle “un coup de sang”, avait-il lancé d’une voix de stentor. “La perpétuité c’est une peine qu’on prononce pour les criminels les plus dangereux de la société: Francis Heaulmes, tueur d’enfants, Michel Fourniret, Marc Dutroux, Guy Georges… Quel est le point commun avec Jonathann Daval ? Aucun. Si, la médiatisation”, a poursuivi Me Schwerdorffer, arpentant le prétoire face aux jurés.

“Jonathann est effectivement un criminel. Il ne le conteste pas, vous allez le juger. Mais un jugement ce n’est pas une vengeance. Ce qu’on vous réclame, sur les bancs des parties civiles, c’est une vengeance, à cause des médias, des mensonges, parce qu’il a trahi ses beaux-parents (…) Tout ce qui fait l’affaire Daval, c’est la médiatisation”, avait-t-il insisté.

Jeudi, Jonathann Daval était longuement revenu sur le soir du crime, commis à leur domicile dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, sur fond de crise conjugale aiguë : Alexia souhaitait ardemment un enfant mais son mari, qui souffrait de troubles de l’érection, la fuyait de plus en plus. Le jour du drame, il dit avoir refusé une relation sexuelle à son épouse. Une violente dispute éclate. Le facteur déclenchant ? Alexia l’aurait mordu, provoquant sa rage : “La morsure, ça m’a mis hors de moi”. Il la frappe et l’étrangle: c’est “la colère de toutes ces années qui est ressortie (…) D’où l’étranglement pour qu’elle se taise”, a-t-il dit, arguant qu’Alexia “l’humiliait”.

Le lendemain il emporte le corps dans un bois et l’incendie avant de donner l’alerte, soutenant que sa femme n’est pas revenue d’un jogging. Le corps d’Alexia sera retrouvé deux jours plus tard, le 30 octobre 2017. Pendant trois mois, son visage de veuf éploré apparaîtra dans tous les médias, contribuant à alimenter la médiatisation intense de cette affaire en pleine vague #MeeToo.  

Source: https://www.sudouest.fr/2020/11/21/proces-daval-jonathann-daval-condamne-a-25-ans-de-prison-pour-le-meurtre-de-sa-femme-alexia-8102841-4697.php

Verdict Daval

JA News – FR – Procès Daval : Jonathann Daval condamné à 25 ans de prison pour le meurtre de sa femme Alexia